Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > APPELS À DONS > Thyroïde citoyenne européenne

Thyroïde citoyenne européenne

Le cri de la thyroïde

mardi 28 mai 2013, par Le CA du Réseau Zéro Nucléaire

La chose la plus insupportable pour le riche en bonne santé c’est le bruit incessant et exaspérant des plaintes des pauvres malades.



L’association Française des Malades de la Thyroïde porte la plainte devant la Cour Européenne :

Cette plainte sera déposée par rapport au comportement d’un État en l’occurrence la France, et de la protection de ses citoyens comme nous l’avons toujours réclamé, et non spécifiquement contre des personnes qui servent de fusibles, mais contre tout un système d’irresponsabilités où la logique économique l’a emporté sur l’être humain de façon scandaleuse.

Cette plainte se veut historique pour la mémoire des générations futures et du citoyen. La France « il fut un temps » en était le moteur : « Liberté Fraternité … Égalité ». Période dite des lumières dont nous pouvions être fiers. Maintenant les lumières sont au prix fort du nucléaire et de toute une caste de prélats qui en tire des avantages juteux.

Non seulement le secret de l’instruction nous montre que les autorités savaient, elles n’ont rien fait pour protéger la population mais en plus ont falsifié les chiffres, refusé les normes de l’OMS en vigueur à époque et ont laissé la libre circulation de marchandises alimentaires venant des zones contaminées, alors que les autres pays européens avaient fermé leurs frontières.

Nous avons la preuve de l’explosion de la vente de lévothyrox ces 20 dernières années, du nombre de jeunes atteints de carcinome papillaires reconnus radio induits sans compter les autres pathologies. D’ailleurs Fukushima prouve nos dires : déjà plus de 30,4 % des enfants atteints de tumeurs thyroïdiennes bénignes ou malheureusement déjà cancéreuses pour certains (Préfecture de Fukushima).

Nous tenons à ce que le travail remarquable d’investigation fait par Madame le Juge Marie Odile Bertella Geffroy serve.

Car laissez nous rire ! Enfin non, laissez nous pleurer !

Vous les politiques, qui vous indignez de certains propos proférés à l’encontre de la justice de notre beau pays et de son indépendance ; Prenez vous les français pour des demeurés ?

Il y a juge et juge en France !

Juge politique ou juge du peuple citoyen !

Rappelez-vous le procès Tchernobyl. Madame Bertella Geffroy a été dessaisie en mars 2011 du dossier, à moins d’une semaine du procès.

La suite a été celle que vous connaissez, laissant les preuves accablantes pour l’État français sous clefs.

Il y a un mois, Madame Taubira dessaisissait la Juge Bertella Geffroy des dossiers concernant l’amiante.

Eh oui ! 20 années passées à amasser les éléments accablants et des témoignages qui resteront eux aussi sous clefs.

Merci, Madame Le Juge ! Votre défense des petits, des malades, des familles ayant enterré des proches, fatigués de se battre et déçus par ces pouvoirs politiques quels qu’ils soient !

L’image que porte notre pays se montre comme véreuse au niveau international.

La France, un jour se réveillera en son sein citoyen ! Et c’est cela aussi la France, nous y croyons, nous montons à l’Europe, soutenu entre autre par le sang contaminé et les autres associations connaissant la même injustice au travers des scandales sanitaires.

Nous en profitons également pour demander pardon au peuple japonais pour le convoi de MOX qui a quitté Cherbourg cette semaine pour le Japon. Quant on sait que le réacteur 3 de Fukushima contenait du MOX venant de France, alors qu’on ne parvient toujours pas à stabiliser la situation à la centrale nipponne accidentée, c’est-à-dire le combustible le plus radio toxique au monde qui met des milliers d’années pour perdre sa radioactivité qu’est le plutonium.

C’est pour cela encore en voyant la Cour de cassation en date du 20 novembre 2012, qui a rejeté les pourvois formés par l’AFMT, la CRIIRAD contre l’arrêt de la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris ayant prononcé le non-lieu dans notre affaire.

La raison d’être de la CEDH est de veiller au respect de la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales. La CEDH est compétente pour traiter les recours portés contre un État membre du Conseil de l’Europe qui, ayant ratifié la Convention et ses Protocoles additionnels, ne respecterait pas les droits et les libertés qui y sont reconnus.

Nous y allons en tant que citoyen Européen espérant « ré éclairer » la justice en France. Et nous lançons un appel à dons pour soutenir cette procédure.

Chantal L’HOIR - Présidente fondatrice de l’AFMT et responsable juridique.

(Source : http://www.asso-malades-thyroide.or...)



Envoyez vos dons à :

Association Française des Malades de la Thyroïde

BP 1

82700 BOURRET

Permanences du lundi au vendredi de 9h00 à 12h00

Tel - fax : 05 63 27 50 80 et 03 84 52 25 08


Communiqué de l’AFMT :

Bourret le 24 mai 2013,

L’association Française des malades de la Thyroïde a décidé de porter plainte à la Cour Européenne des droits de l’Homme contre l’Etat Français.

En effet l’Etat n’a pas protégé sa population lors du passage du nuage de Tchernobyl, alors que les doses au sol dans de nombreuses régions se sont révélées très importantes du fait qu’il ait plu.

De surcroît la France a refusé de respecter les normes alimentaires préconisées par l’OMS en mai 86 à Bruxelles, ce qui fait que bon nombre de denrées alimentaires interdites en Europe ont été importées et consommées en France.

Une plainte a été déposée le 1 mars 2001, elle mettait particulièrement en cause le rôle du service central de protection contre les rayonnements ionisants (SCPRI) lors des évènements. L’instruction nous montre qu’au travers des « radias- air » qui équipaient les centrales nucléaires, le SCPRI avait une connaissance exacte heure par heure du taux de contamination que respirait la population Française.

Le chef du SCPRI, le professeur Pellerin, mis en examen par le juge d’instruction, a saisi le 15 février 2010 ce juge d’instruction d’une part d’une demande tendant au prononcé d’un non-lieu global et d’autre part d’une demande tendant à la constatation de la prescription de l’action publique.

Par ordonnances du 15 mars 2010, le magistrat instructeur a rejeté l’une et l’autre demande.

Le Président de la Chambre de l’Instruction a été saisi par application des articles 175-1 et 207-1 du Code de Procédure Pénale d’une demande tendant à ce que le dossier soit transmis à la chambre de l’Instruction de la Cour d’appel de Paris.

Par ordonnance du 16 avril 2010 le Président de ladite Chambre a fait droit à cette demande.

Par une ordonnance du même jour, le Président de la Chambre de l’Instruction a autorisé l’appel de l’ordonnance du juge d’instruction refusant de constater la prescription.

Le Procureur Général près la Cour d’appel de Paris a requis le non-lieu.

Par arrêt du 7 septembre 2011, la Chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Paris a infirmé l’ordonnance de poursuite de l’instruction et évoquant, a prononcé le non-lieu des chefs d’atteinte involontaire à l’intégrité d’autrui et de tromperie, mettant ainsi un terme à l’action des parties civiles et notamment de l’AFMT.

Cet arrêt a été frappé d’un pourvoi en cassation par l’AFMT.

Par arrêt du 20 novembre 2012 ultérieurement porté à la connaissance de l’AFMT et de son conseil, la Cour de cassation a rejeté le pourvoi dont elle était saisie.

Les voies de recours nationales ont ainsi été épuisées par l’AFMT sans que l’affaire ne soit jamais évoquée au fond, ni au plan pénal, ni sur les intérêts civils des victimes et de l’association qui les regroupe.

Le raisonnement conduit par les juridictions françaises constitue à cet égard une violation du droit à un procès équitable, ce qui nous conduit à poursuivre l’affaire à la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

L’association sera soutenue dans cette démarche par des organismes scientifiques :

La CRII-RAD, le CERI et de nombreuses autres associations de santé ayant connus les mêmes injustices que nous dans les affaires du sang contaminé, de la légionellose, de l’hépatite B etc... Et très récemment l’amiante.

Nous aimons notre Pays il a été porteur des idées des lumières, mais nous savons aussi qu’il s’est construit dans la douleur.

Actuellement il est sous le joug des lobbies qu’ils soient nucléaires, pharmaceutiques, agroalimentaires … Le poids de la finance pèse mortellement dans la balance.

Nous espérons en un réveil citoyen pour le devenir des générations futures en dehors de tous clivages politiques.

Nous sommes les enfants de Zola, Hugo, Monod, Cousteau, Dumont, Paul Emile Victor et tant d’autres qui ont apporté énormément à notre histoire et à nos vies.

Ils ont été des « alerteurs de conscience » pour notre planète, laisser passer Tchernobyl sous silence serait criminel pour nos enfants … D’autant plus que Fukushima a confirmé nos inquiétudes ... puisque la France est le pays le plus nucléarisé du monde.



Madame Aline Pauchard, la présidente du Réseau Zéro Nucléaire, soutient la démarche de l’AFMT contre l’État français voyou !


Voir en ligne : AFMT : Site Officiel de l’Association Française des Malades de la Thyroïde

Répondre à cet article