Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Vigilance citoyenne > Mutation écosocialiste radioinduite

Mutation écosocialiste radioinduite

Quand les chefs se battent la hiérarchie se renforce

vendredi 31 mai 2013, par Roger NYMO

Lorsque les élections reviennent l’opposition institutionnelle se réveille comme la nature au printemps.

Nous avons eu droit aux élections présidentielles et législatives en 2012 où le nucléaire a joué un rôle électoral central de concentrateur de voix vers un candidat qui accentue aujourd’hui la criminelle politique d’un lobby mortifère international.

Les personnes qui portent de lourdes responsabilités dans ce dangereux état de fait, sont celles qui aujourd’hui prétendent nous indiquer la voie vers des jours garantis sans nucléaire.

Cela est totalement inacceptable !



Elle est de retour, la gauche de réserve avec son pinceau vert, son pinceau rouge et son grand seau de peinture rose.

Astrid, OTAN, Mali, Fessenheim, Fukushima, autant d’évidences qui plombent localement et nationalement les promoteurs zélés du parti socialiste national et la mouvance électorale écologiste européenne.

Messieurs Stéphane Lhomme et Michel Guéritte, duettistes de l’opposition institutionnelle antinucléaire de gauche avaient pris, en toute connaissance de cause, une part active à l’élection de Monsieur François Hollande, lors des élections présidentielles de 2012.

Ils avaient contribué activement au financement de la machine électorale EELV, monsieur Stéphane Lhomme en tant que candidat anti-Hulot, et monsieur Michel Guéritte en tant que directeur de campagne de l’écologiste de gauche précédemment cité.

Je me souviens très bien que pour servir les intérêts de la candidate Eva Joly, qui après réflexion avait opportunément préféré EELV au MODEM pour se déclarer candidate et se découvrir antinucléaire, nos deux compères avaient poussé le bouchon jusqu’à demander aux militants antinucléaires de verser 10€ à EELV pour avoir la possibilité de participer aux primaires du parti qui négociait déjà à l’époque les bonnes places réservées de sénateurs, de députés, de ministres avec leurs ami(e)s socialistes nationaux.

Bizarrement le parti des multinationales a encore une fois gagné !

C’est ballot ?

En cela leur funeste stratégie était identique à celle de leurs complices et concurrents de la direction félonne de l’entreprise environnementale Lyonnaise Réseau « Sortir du nucléaire » qui instrumentalisent nos luttes essentielles à des fins électorales.

L’information essentielle actuelle pour nos stratèges autoproclamés de l’opposition institutionnelle au nucléaire est le procès du putsch de février 2010 au Réseau « Sortir du nucléaire » prévu pour le 6 juin prochain au tribunal de grande instance de Lyon.

Ci-joint le teaser épistolaire de cet important moment judiciaire, rédigé d’une plume vengeresse par monsieur Stéphane Lhomme en personne :

PDF - 146.3 ko
Le procès du putsch de février 2010

Permettez moi de vous citer un extrait de ce document :

Jeudi 6 juin 2013, à 13h30 au Tribunal de grande instance de Lyon se tiendra le procès du « putsch » du Réseau Sortir du nucléaire. Les plaignants, d’anciens administrateurs, demandent l’annulation de leur révocation et du licenciement du porte-parole Stéphane Lhomme (*). Loin de relever de simples « bisbilles » entre militants, cette affaire est en réalité celle de la mise au pas du mouvement antinucléaire juste avant que EELV ne passe alliance avec le très pronucléaire PS.

Monsieur Stéphane Lhomme n’a pas qualifié le parti socialiste national de suppôt des multinationales mais il veut tout de même nous faire croire qu’aucune alliance n’existait entre le PS et EELV antérieurement à son scandaleux licenciement !

Le problème c’est qu’il n’avait pas participé aux alliances entre le PS et EELV antérieures au « Putsch » de février 2010.

Aujourd’hui, il se retrouve Gros-Jean comme devant, car lui et son directeur de campagne n’ont rien pu « monnayer », ni avant, ni après la défaite annoncée de tous les opposants au nucléaire mortifère.

Mais le fond du problème reste le fonctionnement électoral de ce Réseau aux fallacieuses prétentions fédératives, qui reste un boulet antidémocratique pour toutes nos luttes locales ou nationales, car ces administrateurs élu(e)s statutairement ou non, le sont par de grands électeurs, dirigeants de groupes locaux antinucléaires parfois factices, fantoches ou spécialement créés pour l’occasion.

Le principe « un adhérent une voix » ulcère la sensibilité militante des carriéristes de l’opposition institutionnelle qui doivent encadrer et parfois désamorcer au service des puissants, les revendications légitimes d’une base rebelle au principe même d’organisation pyramidale, en échange d’éventuelles reconversions politiques ou subventions salutaires.

La motion zéro nucléaire, portée par le Mouvement Citoyen Lotois pour la Sortie Du Nucléaire et Les Jeûneurs Vigilants de Taverny, a été la seule à réclamer la dissolution statutaire légale de l’usine noosphérique mortifère Réseau « Sortir du nucléaire » ainsi que la fin de ses quêtes perpétuelles pour l’essentielle sauvegarde de son petit personnel, transformé en décideurs autoproclamés de l’orientation de nos luttes, s’ils veulent continuer à mériter leurs salaires.

Le procès qui se tiendra le 6 juin prochain à Lyon ne tranchera pas les préjudices moraux et matériels subis par tous les militants antinucléaires otages et victimes de l’instrumentalisation politique de leurs luttes.

Car cette instrumentalisation intrinsèque n’est pas plus acceptable aujourd’hui qu’hier !

Qu’en penses monsieur Stéphane Lhomme ?

Tout ceci peut sembler risible, mais les dégâts humains sont terribles. Certains des administrateurs, révoqués comme des malpropres, ne s’en sont toujours pas remis. D’autre part, on trouve sur Internet un certain nombre des accusations mensongères et diffamatoires inventées pour me licencier.

Je me souviens qu’hier encore des individus prétendaient que Stéphane Lhomme était une espèce de psychopathe harceleur, ces mêmes personnes insultaient celles et ceux qui s’offusquaient qu’une association puisse licencier sans avoir l’accord démocratique et la légitimité d’une majorité d’adhérent(e)s.

Le traître qui va témoigner le 6 juin prochain en faveur de monsieur Stéphane Lhomme et en faveur des administrateurs illégalement « débarqués », fait partie de ces individus.

Voici deux échanges épistolaire des listes de discussion du réseau « Sortir du nucléaire », le premier juillet 2010 :

Bonjour monsieur Julien L.......,

Permettez moi d’attirer votre attention sur cet article http://groupes.sortirdunucleaire.or... qui nous aveugle par l’incandescente lumière objective qu’il jette sur une situation actuelle dont vous êtes un des partisans les plus féroces.

Pourquoi la presse financée par le complexe militaro-industrialo-étatique-entrepreneurial nucléaire se fait-elle le relais complaisant de la vérité selon monsieur Philippe BROUSSE ?

Cordialement.

Pierre ROULLIER alias Roger NYMO

Réponse de monsieur Johnny Da Silva le jour même :

t’es complètement siphonné du cerveau.... arrête d’écrire sur les listes du Réseau puisque tu ne t’y reconnais pas.... c’est pourtant simple.

Mais non, tu préfère t’exciter à envoyer tes conneries sans aucun sens uniquement pour chercher le conflit. Car tu aime le conflit.

mais c’est fini maintenant, cette crise t’auras bien occupé pendant 3 ou 4 mois, maintenant tu va faire comme avant : rester chez toi et t’ennuyer.

JDS

Que penser du bellicisme des pseudo experts psychiatres vis à vis de toute forme d’opposition, fut-elle non violente ?

Je subodore l’émergence prochaine d’un nouveau « parti écosocialiste » qui viendra métamorphoser et verdir à peu de frais nos socialistes nationaux grâce à une coalition électorale FdG, EELV et PS.

Certains pourront considérer cela comme totalement abracadabrant, mais un antinucléaire averti en vaut au moins deux !

Je me souviens de l’omission symptomatique de notre arsenal nucléaire terroriste lors de la déclaration de candidature du candidat EELV « anti Hulot » et la teneur du courriel goguenard que son subtil directeur de campagne m’a personnellement envoyé par la suite pour m’expliquer le caractère prémédité et humoristique de cet oubli.

Monsieur Stéphane Lhomme se souvient-il de mon exclusion et de la fermeture fasciste de feu le site www.sanu.fr en juin 2010 ?

(Au sens large, le terme fascisme s’est étendu à tout mouvement politique ou organisation s’appuyant sur un pouvoir fort au service d’une classe humaine dominante)


JPEG - 144.3 ko
Monsieur Stéphane Lhomme et ses disciples ont une conception très particulière de la liberté d’expression !

Notre traître a senti un frémissement dans les vents du pouvoir ? Espère t’il, une nouvelle fois, être du bon côté du manche ?

Qui a trahit trahira !

Mais profitons une nouvelle fois des échanges publics sur les listes de discussion du Réseau « Sortir du nucléaire » en 2010.

Listes de discussion dont j’ai été arbitrairement et autoritairement exclu ainsi que mon association pour avoir notamment dénoncé de graves problèmes de gestion.

T’es complètement givré ! Je connais un peu Dominique Lalane est c’est pas vraiment la personne qui va aller chercher le conflit….. Alors que vous, Monsieur le givré de service, c’est pas exactement pareil…. Arrête un peu d’agacer tout le monde et prend du recul. JDS

Permettez au vicieux givré de service de conclure en vous donnant des nouvelles de la santé de Madame Aline Pauchard notre présidente :

Aline Pauchard est opérée le lundi 3 juin 2013, son taux de plaquettes est au plus bas, mais l’opération aura tout de même lieu, car elle souffre trop de problèmes de santé qui malheureusement ne peuvent pas être directement reliés aux rejets mortifères du Tricastin.

Un faible taux de plaquettes est pourtant un des signes cliniques de « faible » irradiation !

Voir en ligne : Les Jeûneurs Vigilants de Taverny

1 Message

Répondre à cet article