Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > APPELS À DONS > Une bouteille à la mer pour Fukushima

Une bouteille à la mer pour Fukushima

Frères et sœurs par la mer

vendredi 30 août 2013, par Roger NYMO

Quand la réalité dépasse tous les cauchemars, les hommes d’action mettent les voiles vers le danger.

Étienne Servant a décidé de faire face à l’abomination nucléaire pour la mettre médiatiquement en lumière !


Fondateur de « Fukushima Informations », Étienne Servant a fait le pari fou de relier le port de Marans en France à ce qui reste de la centrale nucléaire de Fukushima au Japon, en soixante étapes maritimes.



Il donne un nom à ce pari :

"Une bouteille à la mer pour Fukushima"



En juin dernier, il trouve un vieux ketch en bois de 20 tonnes et de 13,5 mètres : « Les oiseaux de passage ».

Il l’achète 8000 € sur ses fonds propres pour le compte de l’association « Fukushima Informations ».

Le bateau est amarré au port de Saint-Cyprien, l’ancien propriétaire, suite à des orages diluviens, lui demande, le vendredi 23 août, de se déplacer en urgence pour écoper deux tonnes d’eau qui menacent de faire sombrer le navire.

Fauché comme les blés (carte bancaire bloquée), il part en Twingo accompagné de son père diabétique de quatre vingt huit ans, le samedi 24 août à 01h00 du matin en direction de la région Languedoc-Roussillon.

Ils arriveront à destination 17h00 heures plus tard, ils dorment tous les deux dans la Twingo la nuit de samedi à dimanche.

Sans annexe et sans pompe, écoper la cale du bateau s’annonce très problématique. Étienne dort peu cette nuit là, de très bonne heure (04h00 du matin), il déambule dans le port de Saint-Cyprien en attendant l’ouverture de la capitainerie.

La rencontre avec Christophe, responsable « hyper-sympa » à la capitainerie du port, lui met du soleil au cœur !

Celui-ci lui propose spontanément le prêt gracieux d’une pompe thermique et la mise à disposition d’une annexe pour rejoindre son bateau.

Étienne Servant prépare un montage des quelques images vidéo qu’il a pu réaliser à l’occasion de cette urgente et indispensable opération.



Il pense déjà à l’acheminement par la route du vieux ketch depuis Saint-Cyprien jusqu’au port de Marans en Charente-Maritime, pour pouvoir, en cale sèche, effectuer les nombreux et indispensables travaux.



C’est en parlant autour de lui de son projet qu’un donateur lui apportera les cinquante euros en liquide nécessaires à l’achat du plein de carburant pour le retour.

Pour Étienne ce sont des signes qui ne trompent pas !



Emporteront-il un ULM ou choisiront-ils l’emploi d’un drone pour effectuer des mesures et des prises de vues aériennes ?

Étienne se prépare déjà à toutes les éventualités.



Les entrainements complémentaires ont déjà eu lieu.



Tout reste à faire !

La graine de l’aventure au cœur, ce projet a besoin de nos compétences, de nos bras, mais aussi de notre soutien financier.



Sans nous, cette proue ne fendra jamais le détroit de Béring.

Sans nous, à partir de mai 2014, personne ne suivra la lente navigation côtière et médiatique vers les rivages durablement contaminés d’un Japon meurtri.



Appel au peuple : il manque le trinquet et le foc, et une deuxième grand voile.



Étienne embarquera avec cinq autres membres d’équipage :

1) Un médecin de bord, spécialiste en radioprotection.

2) Un spécialiste en électronique embarquée et électricité.

3) Un cadreur, chef monteur, preneur de son.

4) Un agent de sécurité, cuisinier.

5) Un charpentier de marine débrouillard et bricoleur.



Vous tiendrez-vous à cette poupe regard sur le sillage ?



Un quart debout à cette barre au cœur des ténèbres arctiques ?



Viendrez-vous vous retrousser les manches pour donner vie au rêve de ce phénix des mers dans son combat contre l’amnésie médiatique nucléaire ?



Serez-vous un des moteurs humains de cette démonstration planétaire que nous sommes, toutes et tous, frères et sœurs par la mer ?

La restauration d’un moteur diésel Perkins n’a pas de secret pour vous ?



Tout reste à faire pour Fukushima ...




Vous pouvez envoyer vos dons à :

« Une bouteille à la mer pour Fukushima »

Étienne Servant

14, rue du Gazon

79210 PRIN-DEYRANCON

Ou sur le compte « PayPal » de l’association « Fukushima Informations » :


Voir en ligne : Une bouteille à la mer pour Fukushima

Répondre à cet article