Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Activités nucléaires > Le jour d’après

Le jour d’après

Tout le monde s’en fout !

dimanche 10 août 2014, par Roger NYMO

Dans de nombreux pays, les criminelles activités nucléaires font de nombreuses et « invisibles » victimes directes mais différées, mais aussi malheureusement parfois de nombreuses victimes indirectes, immédiates, comme lors de ce terrible accident aérien ayant coûté la vie à près de 40 personnes, ce dimanche 10 août 2014, en Iran, près de l’aéroport de sa capitale Téhéran.

Triste nouvelle au lendemain du jeûne de commémoration et d’interpellation de Taverny que ce récent et terrible accident aérien :

… La flotte aérienne militaire et civile iranienne est vétuste et manque d’entretien, en raison principalement des sanctions internationales - et de l’embargo imposé par Washington dans les années 1980 après la révolution islamique mais aussi à cause de son programme nucléaire - qui privent le secteur de nombreuses pièces détachées et de composants aéronautiques qui ne peuvent être importés …

(Source : http://www.lesechos.fr/monde/afriqu...)

En ce qui concerne le crash au Mali du vol AH5017 d’Air Algérie, loin de faire toute la lumière sur les circonstances de cette autre meurtrière catastrophe aérienne, les boîtes noires indiquent des changements de cap inexpliqués avant sa rapide et mortelle chute :

… L’avion d’Air Algérie qui s’est écrasé au Mali le 24 juillet dernier « ne s’est pas désintégré en plusieurs morceaux en vol », a affirmé jeudi 7 août Rémi Jouty, le directeur du Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA), sans pour autant exclure « la thèse d’une action délibérée » …


Crash au Mali : une boite noire "inexploitable" par lemondefr


Nous sommes en droit de nous interroger sur un lien éventuel entre le crash du vol AH5017, et les mortifères activités nucléaires « régionales » de la France.

Toutes les activités nucléaires ont pour origine la volonté politique de disposer d’un abominable arsenal terroriste nucléaire de domination militaire et industrielle.



Le 11 septembre 2001 a été une terrible démonstration internationale de la plus totale inefficacité de ces arsenaux nucléaires à protéger les populations civiles.

Ces arsenaux nucléaires représentent une vitale et dispendieuse menace permanente pour toute la biosphère terrestre.

Tout ces problèmes vitaux échappent parfois localement aux clivages politiques droite gauche :

D’une même voix, je rends hommage à l’action antinucléaire passée de monsieur Maurice Boscavert, et je remercie la ville de Taverny, à travers sa nouvelle maire, madame Florence Portelli, d’avoir mis gracieusement à la disposition de notre association : « Les Jeûneurs Vigilants de Taverny », une salle municipale, pour pouvoir assurer en 2014, la continuité de notre présence militante, historique et symbolique contre la mise au point, la possession et l’emploi des armes nucléaires, mais aussi pour rappeler à nos concitoyens les horreurs durables qu’impliquent leurs usages, à travers les commémorations des bombardements de 1945 des villes martyres nucléaires japonaises de Hiroshima et de Nagasaki.



Durant ces quatre jours de jeûne, des militants du parti de la vie sont venus soutenir nos actions de commémoration et d’interpellation :

Grâce à eux j’ai pu vendre quelques dizaines de cartes postales, en soutien à la pérennité du jeûne de commémoration et d’interpellation de Taverny, qui s’adressent directement au Président de la République Française et ne nécessitent aucun affranchissement postal :

La presse locale a rendu compte :

JPEG - 977 ko
Le Parisien Val d’Oise jeudi 7 août 2014

Cela a été aussi pour moi, entre mes présences silencieuses journalières devant la base de Taverny, l’occasion de dévorer une nouvelle fois l’ouvrage de monsieur Wladimir Tchertkoff :

« LE CRIME NUCLEAIRE DE TCHERNOBYL » sous-titré « LE GOULAG NUCLEAIRE » (ISBN 2-7427-6042-3).

Ce livre est extrêmement bien documenté, il nous fait vivre de l’intérieur les complots des criminelles minorités institutionnelles internationales qui se cooptent entre elles, phagocytent et détournent en permanence les salutaires efforts désintéressés d’hommes et de femmes déterminés, courageux et compétents.

Ce livre incontournable se lit comme un thriller, il est souvent extrêmement difficile de se rappeler , durant sa passionnante lecture, qu’il ne s’agit pas d’une fiction, mais du compte rendu, à la première personne, de son auteur monsieur Wladimir Tchertkoff, qui progressivement passe de son rôle de témoin professionnel à celui d’acteur central du réel crime sanitaire et social international, et malheureusement durable que représentent toutes les activités nucléaires.

En voici un court extrait :

… J’ÉCRIS À ARTE LE 23 JANVIER 2001

ETHOS n’est pas une association de bénévoles, mais une structure française pluridisciplinaire, financée, entre autres, par le programme de recherche en radioprotection de la Commission européenne, et à la tête de laquelle se trouve un représentant du CEA (Commissariat à l’énergie atomique, lobby nucléaire français). Initialement quatre, puis sept instituts de recherche étaient associés au projet, qui a déjà opéré dans le village d’Olmany. Je l’ai visité et filmé en avril dernier sans observer de résultats positifs (1). J’y ai interrogé des familles de paysans abandonnés à eux-mêmes, dont les enfants ont un taux de becquerels qui dépasse les limites admises (20 Bq/kg du poids du corps). J’ai filmé un petit enfant de 12 kg qui avait 800 Bq/kg, ce qui signifie 10 000 désintégrations atomiques par seconde dans l’organisme. Ils n’ont jamais rencontré de représentants d’ETHOS. Ce qui n’exclut pas, naturellement, que d’autres familles aient été impliquées. Mais quels sont les critères de sélection ? ETHOS agit à travers les structures du pouvoir central et local. Qui plus est, cette structure française sert au ComTchernobyl (2) pour évincer du terrain les scientifiques et les spécialistes biélorusses en radio protection, indépendants, qui publient tous les trois mois les vrais chiffres de la contamination, aident réellement avec trop eu de moyens les populations en butte à des obstacles incroyables. A ce propos, à part les documents que vous trouverez ci-joints, je vous enverrai, dès que je l’aurai traduite, la lettre que le Pr Nesterenko a adressé au ComTchernobyl il y a à peine huit jours.


(1) Les mesures effectuées en janvier 2001 sur 31 échantillons de lait provenant du secteur d’Olmany ont révélé que 22 échantillons dépassaient très largement (jusqu’à 2600 Bq/l) la limite maximale admissible de 100 Bq/l (un niveau que les médecins considèrent déjà comme excessif pour un enfant, en particulier lorsqu’il persiste des années. En Russie la « norme » est de 50 Bq/l. Voir cinquième partie, chapitre I, « L’illusion des normes », p.398).

(2) Comité Tchernobyl, structure interministérielle biélorusse chargée de coordonner la politique de traitement des conséquences de la catastrophe.

(Source : page 353 et 354 de l’ouvrage de monsieur Wladimir Tchertkoff : « LE CRIME NUCLEAIRE DE TCHERNOBYL » sous-titré « LE GOULAG NUCLEAIRE » (ISBN 2-7427-6042-3)).

Je vous recommande très fortement la lecture de ce livre pour trois raisons essentielles, la première est que son auteur reverse l’intégralité de ses droits d’auteur à l’association « Enfants de Tchernobyl Belarus » que préside monsieur Yves Lenoir et qui permet à l’Institut BELRAD de poursuivre ses activités scientifiques et sociales de radioprotection des populations biélorusses ; la deuxième c’est que vous y trouverez une mine d’informations sur les responsables et les bénéficiaires du crime nucléaire planétaire ; la troisième c’est la qualité de l’écriture de l’auteur qui apporte à la lecture de ce livre le frémissement romanesque, jusque dans l’horreur des situations présentées :

… son corps n’avait plus d’endroit où faire des piqûres... Les os étaient à nu. Tout son corps s’en allait. Le dos tout entier... L’os des hanches pouvait être touché avec la main. J’introduisais ma main couverte d’un gant pour désinfecter et j’extrayais de là... des restes d’os qui s’en allaient. de l’os décomposé, pourri. Il était conscient de tout. Il demandait seulement de mourir rapidement, pour que ces souffrances cessent... Ça faisait très mal ...

(Source : page 203 de l’ouvrage de monsieur Wladimir Tchertkoff : « LE CRIME NUCLEAIRE DE TCHERNOBYL » sous-titré « LE GOULAG NUCLEAIRE » (ISBN 2-7427-6042-3)).

L’exemplaire qui m’accompagnait durant mon jeûne 2014 est celui que je terminais de lire en 2007, au chevet de ma jeune sœur Catherine à l’Institut Curie, c’est celui que mes parents ont lu.

Le 17 novembre 2007, monsieur Wladimir Tchertkoff avait gentiment, par mon intermédiaire, dédicacé cet exemplaire à Michel, mon papa, au terme d’un inoubliable repas en compagnie du Pr Nesterenko, malheureusement décédé en 2008.

Voici sa dédicace :

... Il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer ...

Mon père est mort en 2010 d’un cancer, comme ma jeune sœur Catherine trois ans plus tôt. Aucun lien direct ne peut être établi entre ces deux décès et la catastrophe de Tchernobyl en 1986, contrairement au décès du Pr Nesterenko qui était le seul survivant à avoir survolé le réacteur RBMK accidenté de Tchernobyl, trois jours après la catastrophe nucléaire de 1986.

Mon ami le poète Voltuan m’a offert et dédicacé son recueil de poésie « Virginia Woolf -célébration poétique » (I.S.B.N. : 2-243-04434-X) :

Il m’a aussi donné ses pancartes du jeûne 2014 de Taverny :

Je ne peux pas citer ici toutes les personnes qui m’ont apporté leurs soutiens, mais je tiens à les en remercier (spéciale dédicace à mon jeune fils Élie pour ses 25 ans et son agrégation réussie), elles n’ont pas oublié les abominables bombardements nucléaires des villes japonaises de Hiroshima et de Nagasaki en 1945, et leurs actuelles conséquences sanitaires et sociales.

Tous les bombardements sont criminels, il ne s’agit pas d’actes guerriers, c’est à dire de l’affrontement d’individus armés entre eux, mais d’assassinats délibérés de personnes parfois endormies et toujours sans arme.

C’est pour cette unique raison que l’après midi de mon quatrième jour de jeûne, le samedi 9 août, j’ai rejoint mon ami Voltuan à la manifestation parisienne qui partait à 15h00 de Denfert-Rochereau :

Les Nations tuent les Peuples, les médias de masse, à quelques très rares exceptions, se font discrets sur les tenants et les aboutissants de tous les massacres, et distillent à la place une criminelle propagande belliciste.

Notre devoir est d’informer pour désarmer les cœurs :



Dessous des cartes - Méditerranée : Les... par Ledessousdescartes


Comme de très nombreuses personnes, j’ai manifesté jusqu’aux Invalides, grâce à mon moteur à eau interne, contre tous les bombardements du monde, contre les passés, contre les présents, et pour le futur de tous les êtres vivants !

Amitiés Solidaires & AntiNUcléaires.

P.S. : Le Ginkgo biloba planté l’an dernier en hommage à madame Solange Fernex, à monsieur Théodore Monod, ainsi qu’en hommage à toutes les victimes du nucléaire, va bien.

Voir en ligne : Les Jeûneurs Vigilants de Taverny

Répondre à cet article