Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Vigilance citoyenne > Naissance d’une coordination

Naissance d’une coordination

mercredi 5 novembre 2014, par Le CA du Réseau Zéro Nucléaire, Roger NYMO

Depuis plusieurs années le Réseau Zéro Nucléaire rend compte des avancées des luttes contre les industries mortifères.



En 2011, monsieur Pierre Dandoy, sociologue et coadministrateur du site « Solidarités AntiNUcléaires », avait attiré notre attention sur la stratégie gagnante des opposants à l’industrie mortifère de l’amiante, et avait judicieusement proposé que la lutte antinucléaire s’en inspire.



En 2013, je me faisais le relai d’un important communiqué des associations Ban Asbestos France et Henri Pézerat.



Aujourd’hui je récidive en vous transmettant un faire-part de naissance, celui de la coordination CAVAM :

« Ils » ont relevé le défi !

« Ils » ont fait, pour la plupart d’entre eux, des centaines de kilomètres pour se retrouver à CLERMONT FERRAND, afin d’inventer et construire « un travailler ensemble » pour contribuer, avec leurs associations bien en prise avec la défense des victimes de l’amiante, au développement des luttes pour l’émancipation humaine et le progrès social pour tous.

« Ils ? » : Ce sont les militantes et les militants de : Allo amiante - des ADEVA : Gard, 81,76, et ADDEVA : 52 et 54 - ADEVA SA du Nord - ARDEVA Sud/Est – ASAVA - BAN ASBESTOS – CENTAURE - Association Henri PEZERAT - CGT/Condé sur Noireau - des CAPER : Bourgogne, Issoire, Sud Isère, Nord Isère, Ancizes, Thiant, 63, 42, 04 - des CERADER : 24, FUMELLOIS ET ALBRET, APER Vénissieux.



Pas loin de 13 000 adhérents représentés et bien plus, si on y rajoute celles et ceux qui n’ont pas pu faire le voyage mais qui étaient de tout cœur avec nous (à l’instar de l’ADVA Sud CGT et du collectif Amiante du littoral Dunkerquois).

29 ET 30 OCTOBRE 2014 à CLERMONT FERRAND UNE RENCONTRE QUI FERA DATE DANS LA VIE ASSOCIATIVE DES VICTIMES DE L’AMIANTE.

La CAVAM sera l’outil de leur union,

POUR des luttes solidaires,

POUR défendre leurs droits,

POUR en conquérir de nouveaux,

Avec leur liberté d’action et d’organisation dans leur bassin de vie.

Sur la base d’un travail en atelier, il a été décidé :

De créer trois groupes de travail pour alimenter la réflexion et les luttes nécessaires à la satisfaction des doléances des victimes de l’amiante.

1) Un groupe de travail pour l’aboutissement des procès pénaux sous la responsabilité de Josette ROUDAIRE et Jean Marie BIRBES :

17 ans d’attente : ça suffit !

Il convient de redonner aux victimes locales et à leurs associations la pleine et entière maitrise, avec leurs cabinets d’avocats, des procès dont ils sont à l’origine et les retirer par la même des mains de pseudo « spécialistes » qui ont démontré en 17 ans de procédures leur inefficacité.

2) Un groupe de travail FIVA, sous la responsabilité d’Augustin VINALS :

Pour s’atteler à la reconquête de la linéarité, imposer association par association, sur chaque dossier pour lequel la démarche est faisable, une action récursoire du FIVA et faire cesser ce scandale d’état qui est le non accès au dispositif pour les victimes de l’amiante de Nouvelle Calédonie.

3) Un groupe de travail ACAATA/ANXIETE , sous la responsabilité de Bernard LECLERC :

Avec une priorité : Mettre en synergie les associations concernées par le problème Anxiété/AGS afin de construire des rapports de force en territoire pour repousser les huissiers et obtenir une solution qui ne lèse aucun des salariés concernés.

De se doter d’une coordination dénommée Coordination des Associations de Victimes de l’Amiante et des Maladies professionnelles (CAVAM) ouverte à toutes les associations qui le souhaitent sans critère préalable sinon celui de vouloir contribuer à la concrétisation des objectifs fixés.

Elle sera animée par les responsables des groupes de travail avec un binôme composé de Michel CLAVE et Jean HERQUIN.

(Source : Ban Asbestos France)

Amitiés Solidaires & AntiNUcléaires.

Voir en ligne : Ban Asbestos France

Documents joints

Répondre à cet article