Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Arrêt autogéré du nucléaire > La multinationale TERRE

La multinationale TERRE

Dépôt de bilan

samedi 6 novembre 2010, par Roger NYMO

Il existe une race d’êtres en costume trois pièces, ils n’appartiennent à aucune nation en particulier, ils aiment à être présentés comme « les puissants de ce monde », à travers leurs décisions, ils décident de qui vivra, de qui mourra, de ce que nous devons penser, manger, de ce que nous devons produire et consommer et dans quelles conditions tout cela doit se dérouler.


JPEG - 114.9 ko
Men In Grey
« les puissants de ce monde nous dépouillent »

Ces « puissants » aiment à donner l’impression qu’ils gèrent leurs populations autochtones.

Il est extrêmement important que ces populations indigènes adhèrent le plus étroitement possible à une identité nationale !

Cela permet à nos « puissants » d’obtenir des prévisions de comportements dont les fiabilités sont proportionnelles à l’intensité des campagnes de propagande et à la densité démographique des populations auxquelles elles sont destinées.

La nature prédatrice de ces « puissances » fait qu’elles se combattent par populations interposées.

Grâce à notre travail, des troupes constituées des plus belliqueux d’entre nous sont financées.

Depuis des générations, ils nous tuent avec constance, et méthode, pour l’accès à diverses ressources que des groupes industriels et guerriers convoitent.

Une partie des profits réalisés dans le cadre de ces pillages sert à financer grassement les « puissants » et leurs affidés.

Les peuples de la terre s’ils veulent avoir enfin la paix, doivent bannir la peur de l’autre.

Ils doivent comprendre qu’ils sont les victimes et les otages de la volonté commune des « puissants » de les terroriser.

Aujourd’hui le marché annuel des armes représente presque deux milliers de milliards d’euros.

Avec seulement quelques dizaines de milliards d’euros nous pourrions sauver d’une mort certaine les plus démunis d’entre nous.

Combattre le nucléaire c’est donc faire partie de l’avant-garde d’une résistance planétaire non violente qui n’aura de fin qu’à l’émancipation de tous les peuples grâce à la dissolution des nations dans un arc en ciel de cultures.

Un monde viable, à la pérennité retrouvée, c’est un monde sans nucléaire habité par des terriens de toutes espèces.

Voir en ligne : Les Jeûneurs Vigilants de Taverny

Répondre à cet article