Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Activités nucléaires > Armes nucléaires. > Rester jeûne pour vaincre l’abomination

Rester jeûne pour vaincre l’abomination

Les artisans de paix

dimanche 26 juillet 2015, par Roger NYMO

Lorsque je pense au jeûne de Taverny, je ne peux m’empêcher de me remémorer Solange, Georges, Lucien, Denis, Maurice, Léna, Gérard, Elsa, Thierry, Albine, Vincent, Lucie, Hervé, Christian, Jean-Baptiste, Fabrice et bien sûr de penser à Théodore ...


JPEG - 214.6 ko
Hommage symbolique à monsieur Théodore Monod devant la base de Taverny en août 2010.

Ils sont rares et humbles les artisans de paix, on les rencontre rarement aux conférences intergouvernementales onusiennes prétendument chargées de désarmement nucléaire.

Ils se méfient des mouvements fourre-tout, aux appellations aussi prétentieuses qu’incantatoires, qui prétendent pouvoir, dans le cadre de négociations internationales sous l’égide de l’ONU, en finir avec les armes nucléaires avant l’année 2020.

Ils ne vous réclament pas un euro pour la paix.

Ils font ce qu’ils doivent faire avec la cohérence de ceux qui savent que, seul l’exemple d’une Nation souveraine renonçant unilatéralement à son abominable arsenal nucléaire, pourra amorcer une vertueuse dynamique internationale de désarmement nucléaire total et définitif.

L’actualité récente nous offre malheureusement sans cesse des illustrations inquiétantes et concrètes de cette cohérente certitude :

Les USA s’entrainent aux largages d’armes thermonucléaires aéroportées de type B61-12 « modernisées » au Nevada.

La confédération Russe va déployer plus de 40 nouveaux missiles intercontinentaux thermonucléaires.

Quid du TNP ?

Nos 300 « facteurs thermonucléaires de paix » sont autant de nuisibles et dispendieuses lignes Maginot face au terrorisme international, notre roi élu et nu est un piètre stratège manipulé par des conseillers au service des intérêts financiers des fabricants et marchands d’armes.

Se retrouver otages de violentes politiques industrielles de pillages et de gaspillages prémédités et organisés, ne plus avoir aucun droits décisionnels, comme l’ont expérimenté récemment les peuples grecs et japonais, sont les symptômes sociaux de la dictature nucléaire planétaire, imposée par les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU, afin de « garantir » notre santé, notre prospérité et notre paix.



Retrouvons-nous du 6 au 9août 2015 à Taverny, entre antinucléaires non violent(e)s et déterminé(e)s, pour réaffirmer l’exigence vitale d’un démantèlement immédiat et unilatéral de l’abominable et dispendieux arsenal nucléaire français !

Amitiés Solidaires & AntiNUcléaires.

P.S. : N’oubliez pas votre sac de couchage (parapluie et tapis de sol recommandés).


Je reçois à l’instant, ce vendredi 31 juillet 2015, un important communiqué de l’association des victimes du Plateau d’Albion, et de l’antenne des irradiés des armes nucléaires et leurs familles de l’association Henri Pézerat :

Contre la banalisation du risque radioactif dans les sous-marins nucléaires.

Communiqué à l’attention des journalistes de l’émission « Écouter le monde sous-marin » du 28 juillet 2015 (France Inter).

31 juillet 2015 :

« J’avais un missile au dessus de la tête et Je dormais entre deux missiles… dans un espace très étroit » indique le journaliste ayant reçu – comme une « faveur » – l’autorisation du ministère de la Défense de passer quelques semaines à bord d’un sous-marin nucléaire. Quant à sa collègue, première femme à avoir été gratifiée de la même « faveur », elle voit comme une évolution très positive, la perspective de la féminisation du statut de sous-marinier. Des femmes dans un sous-marin … Serait-ce vraiment une avancée féministe ?

Cette émission, toute à la gloire du nucléaire « militaire » français, fait totalement abstraction des risques associés à la radioactivité présente dans ces bâtiments de la Marine nationale, du fait des missiles embarqués mais aussi de la propulsion nucléaire qui en assure le fonctionnement.

Nous, victimes irradiées de la construction, de la maintenance et de la surveillance des missiles nucléaires, nous tenons à exprimer notre indignation devant une telle banalisation des dangers subis par les travailleurs, civils et militaires, travaillant ou ayant travaillé, dans les sous-marins nucléaires, mais aussi sur la base de l’Ile Longue ou au Plateau d’Albion.

Les cancers, leucémies, nécroses osseuses et autres pathologies radio-induites nous atteignent les uns après les autres, dans l’indifférence générale et le déni des autorités médicales et militaires. Des enfants de certains d’entre nous souffrent de graves malformations, comme à Mururoa, comme à Tchernobyl, comme à Fukushima …

Nous demandons aux journalistes de France-Inter de prendre contact avec nous afin de faire connaître à leurs auditeurs l’envers du décor, planté ce 28 juillet 2015 par les journalistes dans l’émission le temps d’un bivouac, intitulée « Écouter le monde sous-marin ».

Contacts :

Francis Talec, francis.talec@orange.fr Leny Paris, lenyparis@gmail.com Annie Thébaud-Mony, annie.thebaud-mony@wanadoo.fr

Voir en ligne : Jeûne 2015 d’interpellation et de commémoration de Taverny

Répondre à cet article