Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Polémiques antinucléaires ! > Rayons cathos

Rayons cathos

Stockons nos déchets nucléaires au Vatican !

jeudi 13 août 2015, par Roger NYMO

Fin mai 2015, les culs-bénits, made in Vatican, inventent la centrale antinucléaire à eau pressurisée bénite !

Dorénavant, en plus des fumeux isotopes radioactifs à bérets et à képis (civils et militaires), nous avons aujourd’hui de nouveaux éléments au tableau périodique, qui émettent des rayonnements « c » (rayons catholiques, premier étage gauche à côté du rayon des mitres et des crosses).


JPEG - 358.5 ko
Venez, cliquez, lisez, et baisez l’anneau !

N’oubliez pas vos préservatifs et votre combinaison NBC, car hors de l’encyclique Laudato si’, du pape François, publiée le 18 juin dernier, il ne fait pas bon sortir découvert(e)s sur notre mère la Terre.

Le chef de la criminelle secte catholique, apostolique et romaine cherche à récupérer des parts de marché de la grande entreprise anthropocentriste planétaire, de bourrage de crânes confessionnel des masses consuméristes bien nourries.

Les sectes monothéistes sont totalement responsables de l’actuel état de l’ensemble de notre biosphère terrestre :



Red Jacket ne manquait aucune occasion pour montrer son hostilité à l’égard du christianisme. Faisant allusion au malheureux missionnaire Cram, il disait, en jouant sur son nom qui signifie gaver en anglais : « les hommes blancs, non content du mal qu’ils ont fait à mon peuple, voudraient en plus lui faire avaler leur doctrine. » Quand on lui demanda, en 1824, la raison de son opposition aux missionnaires, il répondit :

Ils ne nous sont d’aucune utilité. Si les blancs n’ont pas besoin d’eux et qu’ils ne leur sont d’aucun secours, pourquoi les envoient-ils chez les Indiens ? Si l’homme blanc a besoin d’eux et qu’ils lui sont secourables, pourquoi ne les garde-t-il pas chez lui ? Ils [les hommes blancs] sont assez mauvais pour avoir besoin du travail de tous ceux qui peuvent les rendre meilleurs. Ces hommes [les missionnaires] savent que nous ne comprenons pas leur religion. Nous ne pouvons pas lire leur livre - ils nous racontent des histoires différentes sur ce qu’il contient ; nous pensons qu’ils font parler le livre selon leurs besoins. Si nous n’avions ni argent, ni terres, ni pays, rien dont nous puissions être volés, ses manteaux-noirs ne se soucieraient pas de notre bien dans l’au-delà. Le Grand Esprit ne nous punira pas pour ce que nous ne savons pas. Il rendra justice à ses enfants rouges. Ses manteaux-noirs parlent au Grand Esprit et demandent que nous voyions la lumière comme eux, lorsqu’eux-mêmes sont aveugles et en désaccord sur la lumière qui les guide. Ces choses que nous ne comprenons pas, et cette lumière qu’ils nous donnent, obscurcissent et rendent morne le chemin droit est clair ouvert par nos pères.

Les manteaux-noirs nous disent de travailler et de planter le maïs quand eux-mêmes ne font rien et mourraient de faim si personne ne leur donnait à manger. Ils ne font que prier le Grand Esprit ; mais cela ne fera pas pousser le maïs et les pommes de terre ; la preuve, c’est qu’il leur faut mendier leur nourriture. L’homme rouge ne connaissait pas le malheur jusqu’à ce que l’homme blanc vînt ; aussitôt que les hommes blancs eurent traversé les grandes eaux, ils voulurent notre pays et en échange ils nous proposaient toujours de prendre part à leurs querelles religieuses. Red Jacket ne peut être l’ami de tels hommes. S’ils [les Indiens] étaient élevés par les hommes blancs et apprenaient à travailler et à lire comme eux, cela ne ferait qu’aggraver leur situation... Nous sommes peu nombreux et faibles, mais nous vivrons longtemps et heureux si nous nous accrochons à notre pays et à la religion de nos pères.

PIEDS NUS SUR LA TERRE SACRÉE textes rassemblés par T.C. McLuhan photos de Edward S. Curtis Editions Denoël ISBN 2.207.22002.8

La promotion des véhicules à propulsion humaine, et la condamnation d’une alimentation carnée attendront une nouvelle encyclique pour la Pâques 2115 ?

L’arme nucléaire serait-elle une arme laïque, les aumôniers catholiques des armées refuseront dorénavant de bénir les troupes ?

Nos 300 « facteurs de paix » n’auront plus droit au label divin du « rameaux d’olivier » ?

Le premier essai atomique va-t-il être, à posteriori, rebaptisé « Mohammed » ?

... Les trois monothéismes ont déclaré que l’homme était le roi de la Création. Mais l’homme n’est en réalité le roi d’aucun royaume. Il est prisonnier de ses instincts. Il est souvent assez consternant de constater que certains textes dans la Bible servent à cautionner ou légitimer des comportements parfaitement barbares ... Depuis Nicée et Constantinople, l’Église campe sur des positions qu’elle croit immuables. Le christianisme est la religion la plus anthropocentrique que le monde ait connue, et aucune critique au sein même de l’Église n’a pu remettre ces certitudes en question ; pas même saint François d’Assise qui, au lieu de défendre le dogme de la domination illimitée de l’homme sur toute la Création, préférait l’idée d’égalité entre toutes les créatures devant Dieu ...

Théodore Monod

« Révérence à la vie » (conversations de Théodore Monod avec Jean-Philippe de Tonnac) ISBN 2-253-15214-5



Cette année, j’ai terminé le jeûne à l’eau de quatre jours à Taverny, loin des scénographies commémoratives officielles antinucléaires, avec une salade de tomates du jardin.

Je sais que les cinq membres nucléaires permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU sont habités par la même bonne volonté que le pape François, que messieurs Ban Ki-moon et Shinzō Abe, et cela ne manque pas de m’inquiéter au plus haut point.

Pourtant, ils ont tous été prévenus, grâce à une lettre ouverte des chefs religieux Hopis, expédiée depuis plus de 45 années :



En 1970, la Peabody Coal Company, une filiale de la Kennecott Copper Company, commença à extraire le charbon de 65 000 acres qu’elle avait louées aux tribus des Navajos et des Hopis. Les représentants de cette société déclaraient que les mines ne nuiraient pas aux terres indiennes et qu’en fait, elles amélioreraient la vie de beaucoup de Navajos et de Hopis. Un groupe de Hopis en désaccord avec cette initiative envoya la lettre suivante au président Nixon :

Monsieur le président,

Nous les authentiques et traditionnels chefs religieux reconnus comme tels par le peuple Hopi, détenons une autorité totale sur toutes les terres et vies contenues dans l’hémisphère occidental. Cette charge nous fut confiée en vertu de notre connaissance du sens de la nature, de la paix, et de l’harmonie telle que notre peuple l’a reçue de Celui que nous connaissons comme Massau’u, le Grand Esprit qui, il y a très longtemps, nous donna les tables de pierres sacrées que nous avons conservées jusqu’à ce jour. De nombreuses générations avant la venue de l’homme blanc, de nombreuses générations avant la venue des Navajos, le peuple Hopi vivait en un lieu sacré connu de vous comme le Sud-Ouest et de nous comme le centre spirituel de notre continent. Ceux de la nation Hopi qui ont suivi la voie du Grand Esprit sans compromission ont un message qu’ils sont tenus, au terme d’une prophétie, de vous transmettre.

L’homme blanc, dans son indifférence pour la signification de la nature, a profané la face de notre Mère la Terre. L’avance technologique de l’homme blanc s’est révélée comme une conséquence de son manque d’intérêt pour la voie spirituelle, et pour la signification de tout ce qui vit. L’appétit de l’homme blanc pour la possession matérielle et le pouvoir l’a aveuglé sur le mal qu’il a causé à notre Mère la Terre, dans sa recherche de ce qu’il appelle les ressources naturelles. Et la voie du Grand Esprit est devenue difficile à voir pour presque tous les hommes, et même pour beaucoup d’Indiens qui ont choisi de suivre la voie de l’homme blanc...

Aujourd’hui, les terres sacrées où vivent les Hopis son profanées par des hommes qui cherchent du charbon et de l’eau dans notre sol, afin de créer plus d’énergie pour les villes de l’homme blanc. On ne doit pas permettre que cela continue, sans quoi notre Mère la Nature réagirait de telle manière que presque tous les hommes auraient à subir une fin comme celles qu’ils connaissent présentement. Le Grand Esprit a dit qu’on ne devait pas laisser cela arriver, même si la prédiction en a été faite à nos ancêtres. Le Grand Esprit a dit de ne pas prendre à la terre, de ne pas détruire les choses vivantes. Le Grand Esprit, Massau’u, a dit que l’homme devait vivre en harmonie et maintenir une terre bonne et saine pour tous les enfants à venir. Le peuple Hopi tout entier et d’autres frères indiens s’en tiennent à ce principe religieux et le mouvement pour l’Unité spirituelle traditionnelle s’efforce aujourd’hui de réveiller la nature spirituelle du peuple indien dans tout le pays. Votre gouvernement a presque anéanti notre religion fondamentale qui est en fait une manière de vivre pour notre peuple tout entier, sur cette terre du Grand Esprit. Nous sentons que pour survivre jusqu’au jour de Purification qui doit venir, nous devons retourner à nos principes religieux fondamentaux et réunir autour de ceux-ci les chefs de notre peuple.

Aujourd’hui presque toutes les prophéties se sont réalisées. Des routes grandes comme des rivières traversent le paysage ; l’homme parle à l’homme à travers un réseau de lignes de téléphone et il voyage sur les routes et dans le ciel avec ses avions ; deux grandes guerres ont été faites par ceux qui arborent le swastika ou le soleil levant ; l’homme joue avec la lune et les étoiles. La plupart des hommes se sont égarés hors de la voie que nous a montrée le Grand Esprit. Parce que seul Massau’u est assez grand pour indiquer le chemin qui ramène à lui.

Le Grand Esprit a dit que si une gourde de cendres était renversée sur la terre, beaucoup d’hommes mourraient, et que la fin de cette manière de vivre était proche. Nous interprétons cela comme les bombes atomiques lâchées sur Hiroshima et Nagasaki. Nous ne voulons pas que cela se reproduise dans aucun autre pays et pour aucun autre peuple ; cette énergie devrait servir à des fins pacifiques, non pour la guerre.

Nous, les chefs religieux et porte-parole légitimes du peuple indépendant des Hopis, nous avons été chargés par le Grand Esprit d’envoyer au président des États-Unis et à tous les chefs spirituels, une invitation à nous rencontrer pour discuter du salut de l’humanité afin que la Paix, l’Unité et la Fraternité règne partout où il y a des hommes.

Sincèrement,

(signé) Thomas Banyacya pour les chefs traditionnels du Village Hopi : Mme Nina Lansa, Oraibi ; Claude Kawangyawma, Shungopavy ; Starlie Lomayaktewa, Mushongnovi ; Dan Katchongva, Hotevilla.

PIEDS NUS SUR LA TERRE SACRÉE textes rassemblés par T.C. McLuhan photos de Edward S. Curtis Editions Denoël ISBN 2.207.22002.8

Le 15 août 1962, à New-York la Papouasie a été donnée par l’ONU à l’Indonésie, sans aucune consultation des populations autochtones, en échange de la vague promesse d’un référendum, qui n’a jamais eu lieu.

Actuellement un blocus médiatique fasciste et illégal est organisé par le gouvernement indonésien, avec la complicité passive de l’ONU, afin de masquer la poursuite du génocide du peuple Papou aujourd’hui numériquement minoritaire sur les terres auquel il appartient depuis des millénaires.

Les mafias institutionnelles soignent leurs communications car la préservation de leurs privilèges en dépend.

Les scandales légaux sont nombreux, qui peut accepter aujourd’hui qu’un député européen émarge à 9000 euros mensuels ?

Quid des hauts fonctionnaires européens exonérés d’impôts, comme le sont les armateurs grecs ?

Qu’ils sortent de l’ENA ou de l’école des mines, ils se cooptent depuis des décennies, et accaparent les pouvoirs décisionnels et la majorité des revenus du travail, pour encore combien de temps ?

Français, japonais, grecs ou papous, nous n’avons plus aucun moyen de décider de nos destins, nous sommes des « ressources humaines », de la chair à profits, nous sommes corvéables et jetables.

Même radié, sachons rester actif de manière non violente.

Amitiés Solidaires & AntiNUcléaires.

Voir en ligne : Réseau Zéro Nucléaire

Répondre à cet article