Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Polémiques antinucléaires ! > STOP ENFUMAGE

STOP ENFUMAGE

La continuité maintenant !

lundi 8 février 2016, par Roger NYMO

Coordonner n’est pas fédérer !

Le Groupe

J’étais naïf, j’allais mon chemin, quand un ami m’a pris par la main. Pour me sauver de moi il m’a mis dans le groupe, groupe, groupe 2x. J’étais content, je faisais comme eux. On discutait tous à qui mieux mieux. Ah, ce qu’on était heureux en groupe, groupe, groupe ! Quand un ami m’a dit : "Halte là ! Ce petit groupe n’est qu’un éclat, n’est qu’un groupuscule qui est compris dans un groupe, groupe, groupe 2x qui le contient et qui est plus grand. Il vaudrait mieux rentrer dans le rang." convaincu je rejoignis mon groupe, groupe, groupe. Mais un penseur qui vint à penser, m’apprend que nous étions dépassés par le présent comme l’avenir. C’est un groupe, groupe, groupe 2x qui se dessine à notre horizon. Je me mets vite à son diapason. Ah ! ce qu’on sera heureux en groupe, groupe, groupe ! De mutuelle en association et d’amicale en congrégation, de famille en ruche l’on s’allie entre groupes, groupes, groupes 2x, et d’alliance en fédération, de comité en coalition nous serons bientôt le plus grand groupe, groupe, groupe. Lorsqu’un ancien me dit : "Pas d’accord ! Ils sont fragiles, ces grands dinosaures. Venez vite avec nous, vive les petits, les petits groupes, groupes, groupes 2x. Il est certain que les minorités sont aujourd’hui les plus écoutés. Essayons de faire le plus petit groupe, groupe, groupe. Pour m’achever un barbu me clame qu’il est temps de penser à son âme en m’inscrivant pour le paradis. Sacré groupe, groupe, groupe ! 2x Mais un Hercule me dit encore que l’âme n’était rien sans le corps. Ah ! que c’était bon, l’exercice en groupe, groupe, groupe. Enfin, je crus que la vérité, c’est d’aller seul afin d’ausculter pour le bien du monde son nombril, loin des groupes, groupes, groupes 2x. Sans caste, sans numéro, sans liste, en braves individualistes, qu’on est fier de vivre seul sans groupe, groupe, groupe. Mais, j’aimerais bien trouver cette fois quelques amis qui sont comme moi de grands solitaires garantis anti-groupe, groupe, groupe 2x. J’unirai ces compagnons perdus pour la défense de l’individu. Tiens, v’là le grand groupe des sans groupe, groupe, groupe 2x.

Guy Béart

C’est reparti pour un tour !

Le Réseau « Sortir du nucléaire », avec ses boulets pléthoriques salariés, qui forment un groupe parmi les groupes, avec le groupe de ses épiciers bios, qui diffuse le prêt-à-penser du mercantilisme vert, grâce aux revenus générés par le quinoa péruvien.



Toute cette ignoble machine à récolter les dons, à militer en rond par prélèvements automatiques, à exclure comme « expressions délirantes » tous les discours hétérodoxes. Cette fédération autoproclamée, qui draine les bonnes volontés vers d’interminables chaînes humaines, calées opportunément sur les calendriers électoraux ; qui épuise la générosité militante dans le financement de sa propre structure entrepreneuriale, cette nuisible fédération, du point de vue antinucléaire, est fort utile au lobby nucléaire.

Voilà ce que, d’une manière ou d’une autre, après une communication cosmétique sous forme de congrès à Angers, se prépare à remettre sur pied la fédération des affidés du vital enfumage politique antinucléaire, prélude à la grand messe bourgeoise des déchéances présidentielles de 2017.

Vous avez du temps et de l’argent à perdre, ce congrès d’Angers du Réseau « Sortir du nucléaire » est fait sur mesure pour vous !

Ce qui n’apparait pas dans le PDF de présentation de l’opération de communication cosmétique des groupes qui veulent prendre le pouvoir de la structure Réseau « Sortir du nucléaire », ce sont les courriels d’insultes, ou l’absence de réponse qu’ont reçu les véritables opposant(e)s à la prorogation de cette nuisible fédération, qu’elle que soit la nouvelle étiquette que l’on se prépare à coller sur l’ancienne boîte.

Ils préparent déjà un nouveau site, pour en être les gestionnaires, et pouvoir, comme antérieurement, accaparer la parole sur la vitale thématique antinucléaire et disposer à leur guise des listes de diffusion.

Ils préparent déjà de nouveaux statuts, pour imposer la dictature des chefs de groupes franchisés, et rejeter aux calendes grecques le vital et démocratique principe : un(e) adhérent(e) = une voix.

Ils préparent déjà une nouvelle charte, pour substituer à la volonté de sortir du nucléaire, la volonté de stopper le nucléaire [1], ou celle de sortir VITE du nucléaire (pour sortir deux fois plus vite, il faut quatre fois plus d’énergie, c’est un non sens écologique).

Ils sont en train de refaire un Réseau « Sortir du nucléaire » BIS, malheureusement les mêmes causes produisent les mêmes effets.

Au Réseau Zéro Nucléaire (RZN), notre cohérent discours n’a pas changé :

Dissolution = Solution

Le fédéralisme a fait la preuve de son inefficace nuisibilité, il faut donc opter pour une coordination autogérée de manière bénévole (réseau holographique, dont chaque nœuds est aussi le réseau entier), avec un site « open source » sur le « darknet », cela permettra de manière permanente, à toutes et tous les adhérent(e)s, de proposer, et de mettre aux voix leurs propositions, qu’elles soient locales, nationales ou internationales.

Mais aussi de mettre en place :

Un conseil scientifique bénévole.

Un pôle multimédia bénévole.

Un conseil stratégique bénévole.

Un pôle traduction bénévole.

Des cotisations annuelles réduites aux seuls frais réels (justifiés factures à l’appui), ce qui permettra une saine politique d’orientation des dons et des cotisations, directement vers les associations d’aide aux victimes des conséquences sanitaires et sociales du nucléaire.

Des drones survolent les centrales nucléaires, des galeries s’effondrent, de manière irréversible, sur le lieu prévu pour le stockage « réversible » souterrain et « pérenne » de poisons nucléaires durables, aucune rupture d’approvisionnement en yellowcake en perspective pour la filière nucléaire française ?

La lutte antinucléaire ne doit plus être un hobby pour pré-retraité(e)s ou retraité(e)s, chefs de groupes. La lutte antinucléaire doit être faite par les adhérent(e)s, et pour les adhérent(e)s, sans jamais tenir compte des frontières naturelles ou administratives.

Nos buts sont d’obtenir des fermetures définitives d’installations nucléaires, mais aussi, au niveau national, d’obtenir un démantèlement immédiat des dangereux et dispendieux arsenaux terroristes nucléaires français, de manière unilatérale et non conditionnée aux conférences des organismes intergouvernementaux, qui statutairement disséminent les activités nucléaires mortifères.



Il faut sortir des tergiversations chronophages, des criminelles procrastinations, des calculs politiques, et des préparations médiatiques sournoises des populations aux catastrophes nucléaires à venir.

La lutte antinucléaire ne doit plus être envisagée comme une lutte détachée des autres luttes sanitaires et sociales, cette convergence des luttes devra être un des axes principaux d’une future et efficace coordination antinucléaire.



Mon ami, et activiste chrétien non violent, monsieur Eric Pététin, s’est engagé à apporter son soutien à la lutte antinucléaire, en venant jeûner quatre jours à l’eau, du 6 au 9 août 2016, lors du prochain jeûne historique et symbolique de Taverny.

Nous continuerons à agir pour qu’en France tout puisse se terminer en chanson, surtout le nucléaire !



Amitiés Solidaires & AntiNUcléaires.

Voir en ligne : Nucléaire « Sortir du réseau »

Documents joints

Notes

[1]la coordination Stop Nucléaire demande à Jean Revest d’arrêter de faire pointer le nom de domaine « stop nucléaire » vers le site de la coordination antinucléaire sud-est. Exemples : www.stopnucleaire.be ou www.stopnucleaire.com

2 Messages de forum

  • STOP ENFUMAGE Le 14 mai à 13:31 , par Mado Tagor

    J’ ai beaucoup apprécié la partie de texte des premiers paragraphes, cheminement de groupe en groupe, pour le reste je suis mitigée !

    En chemin sur une décroissance joyeuse, dans un esprit à la Pierre Rabhi, j’ai opté pour le fournisseur Enercoop, je n’allume que les lampes dont j’ai absolument besoin, je limite au maximum l’usage de machines électroménagères, privilégiant celle à l’huile de coude ☺... Que faire de mieux ?

    Par le passé, j’adhérai au réseau « Sortir du Nucléaire »... J’adhérai tellement au principe que j’ai fini par « sortir du réseau » tant je ne me retrouvai pas lors des manifs (animées à grand coup de musique techno-electro)... Depuis je garde le cap de mon objectif, seule maitre du rythme de mes pas et j’y vois suffisamment clair sans « réseau »

    Répondre à ce message

    • Merci pour votre témoignage ... Le 14 mai à 22:20 , par Roger NYMO

      Monsieur Pierre Rabhi est uniquement là pour, dans le cadre du prêt-à-penser de l’opposition institutionnelle que se choisit le système, masquer médiatiquement la véritable décroissance, créée et théorisée par Monsieur François Partant et recouvrir du voile « New-Age » anthroposophique du bio-dynamisme la vitale et réelle alternative aux conséquences mortifères d’une agrochimie suicidaire : la permaculture.

      Quid du bio-dynamisme si la terre est durablement contaminée par des radionucléides ?

      Une opportune confusion médiatique est entretenue à dessein entre une récession subie durement par les plus vulnérables, et une décroissance heureuse qui vient « naturellement » s’inscrire dans le modèle économique fructueux des cycles conférences, publications, documentaires, stages, d’un green bizness florissant.

      Sans réseau aux prétentions fédératrices et sa pléthore de salarié-e-s, nous gagnons en souplesse et en légèreté, donc en efficacité militante.

      Amitiés Solidaires & AntiNUcléaires.

      Répondre à ce message

Répondre à cet article