Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Feuilleton antinucléaire > Ich bin très gentil. Je ne suis pas un terroriste.

Ich bin très gentil. Je ne suis pas un terroriste.

feuilleton EPISODE UN

lundi 15 août 2016, par Pierre Merejkowsky

Présentation :

Dans le milieu des années soixante dix, j’ai participé aux prémices de la création du Mouvement Écologique. Il s’agissait de créer tout de suite une société parallèle qui en s’opposant principalement à l’énergie nucléaire, symbole de la domination de la technologie sur l’homme et la femme, construirait une société à l’échelle humaine. Dans cet esprit germa l’idée sans doute contradictoire de présenter un candidat à l’élection Présidentielle, celle de René Dumont. Dans ce récit, PM et AC font sans cesse référence à cette libération des esprits et des corps qui s’opposent aux prédateurs qui veulent construire par peur de la mort un monde fondé sur le rationnel de la production, de l’efficacité, tant électorale qu’affective. AC estime en effet que l’enthousiasme d’un mouvement vert balbutiant a été détourné de son chemin par les professionnels, les prédateurs inféodés en fait au Parti dit Socialiste et PM dans sa quête effrénée et répétitive transpose de son côté cet enthousiasme propre à l’éclosion de toute révolte dans une refondation des rapports amoureux qui déboucherait sur un monde tragi et plutôt comique débarrassé des chauffe - eaux et des bus anti -pollution. A travers ces deux personnages de PM et de AC se dessinent les facettes d’une même évolution : celle du salutaire rêve d’une révolution qui en repoussant la haine de l’autre se transforme en une quête effrénée d’un nouveau rapport sexuel qui sera la matrice d’un monde débarrassé de ses prédateurs.

Episode UN


JPEG - 92.3 ko
Image extraite du film « il était une fois l’écologie » de et avec Pierre Merejkowsky, 2010 - Cliquez pour voir

Dimanche 18 mars

Je n’ai aucune raison de vous cacher mon identité. Je m’appelle PM.  Je suis de taille plutôt petite. Je porte des lunettes. Je vous aime. C’est dimanche. Ils ont dit que la neige n’allait pas continuer à tomber. XX m’a dit qu’elle me téléphonerait. J’espère qu’elle va me téléphoner. Je ne suis pas certain qu’elle va me téléphoner. J’ai peur qu’elle ne me téléphone pas. J’aimerais qu’elle me téléphone. Je ne supporte plus vos rapports de séduction. XX est liée par son corps à l’homme de sa vie. L’homme de sa vie est parti sur le chemin de Compostelle, c’est son problème. Non, j’ai tord, c’est mon problème. LLL s’est suicidée. Elle a été paysagiste, elle n’a plus été paysagiste, ses parents étaient des connards d’extrême droite, elle a écrit un scénario en commun avec une cinéaste scénariste femme qu’elle aimait, un producteur a repris le scénario en s’arrangeant pour l’éjecter, elle, LLL. C’est tellement jouissif pour un producteur de masquer une impuissance créatrice en se donnant un rôle d’éjecteur sous des prétextes d’efficacité professionnelle. Nous sommes tous coupables, TOUS, du suicide de LLL. Et vos téléphones je ne les supporte pas. Vos bagnoles, je n’en veux pas. J’ai un chauffe eau. Ça me suffit largement.

Dimanche 18 mars

Qu’est ce que ça peut vous faire de connaître mon nom ? Je ne vous dirai pas mon nom. Ils ont pris l’habitude, les dominants, de personnaliser le débat, la politique. Ils attendaient tous de savoir qui, de moi, ou de B. allaient finalement sortir vainqueur du débat qui nous opposait et qui nous oppose toujours. Je ne suis pas un débatteur. J’ai un téléphone. Je n’ai pas la télévision et vous pouvez si vous souhaiter me téléphoner, ça m’est parfaitement égale. Le nom complet de B. et des autres seront dévoilés le moment venu et ce jour là, les comptes seront réglés. Définitivement. Le système médiatique nous oppose les uns avec les autres. Un jour les chasseurs contre les non chasseurs, le lendemain les français contre les non français, le surlendemain, l’extrême gauche contre l’extrême droite …Mais je vous le dis, à tous, le temps viendra où tous ce qu’ils appellent les extrêmes se débarrasseront des manipulateurs vendus à la presse…comme cette salope d’avocate. (oui salope, j’ai le droit d’employer ce terme et je vous emmerde tous et toutes autant que vous êtes, femmes ou hommes, ce n’est pas la peine de tenter de nous diviser entre homme ou femme) Ce qu’ils ne comprennent pas et qu’ils ne veulent pas voir c’est leur pourriture. Votre pourriture. Elle m’a souri quand je suis entré dans la salle de sport. Elle était assise sur la selle d’un vélo d’appartement. Et puis elle a écarté ses cuisses pour me montrer sa petite culotte. Qu’est ce que j’en ai à foutre de sa petite culotte ? Vous n’avez pas encore compris que le principal danger, c’est leur programme électro nucléaire fasciste ? Vos chauffe eau, et autres cafetières en chauffant l’eau en un temps records contribuent largement à la demande électrique et donc à la mise en œuvre du programme électro nucléaire fasciste. Je ne suis pas animé par un souci de communication. Je ne suis pas un communiquant. Je ne suis pas un porte parole, ni un porte voix, ni un délégué élu ou non élu. Mort aux fascistes, aux bureaucrates, aux manipulateurs, aux présidents des associations loi 1901 aux profs de fac et aux réparateurs de chauffe eau.

(à suivre ...)


diffusion underground /envoi postal

contact : merejkowskypierre@gmail.com



Voir en ligne : osez le socialique

Portfolio

Répondre à cet article