Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Vigilance citoyenne > Justice et Respect

Justice et Respect

Inacceptable racisme institutionnel !

jeudi 15 décembre 2016, par Roger NYMO

’’ Qu’as-tu fait ? La voix du sang de ton frère crie de la terre jusqu’à moi. ’’

Genèse 4:10

Hier en fin de journée, je me suis rendu au meeting parisien organisé par le comité de soutien à la famille de Monsieur Adama Traoré, intitulé :

Libérez Youssouf et Bagui Traoré.


JPEG - 74.2 ko
Cliquez sur l’image pour avoir plus d’infos.

Nous avons pu visionner un petit documentaire, où les deux frères Traoré expliquent ce que l’on sait aujourd’hui des derniers instants d’Adama. Youssouf devant le hall du bâtiment où son frère Adama sera assassiné, dans des circonstances encore opaques, ne peut retenir son émotion, il passe en arrière plan pour cacher ses larmes, son grand frère poursuit, devant la caméra, le terrible récit de la criminelle conclusion du calvaire de leur frère Adama, avec dans la voix une grande douleur dignement contenue.



Les deux frères de Monsieur Adama Traoré, sont accusés par des policiers de rébellion, outrage, et menaces de mort ; dans les faits, ils ont été empêché, par usage de la force publique, d’assister légalement à la tenue du Conseil Municipal de leur ville, le 17 novembre 2016.

Ce jour là, la maire de la commune de Beaumont-sur-Oise, voulait que l’argent public puissent servir à financer des poursuites judiciaires, poursuites pour diffamation qu’elle voulait engager contre la sœur de la victime assassinée par des gendarmes, le 19 juillet 2016, Madame Assa Traoré.

Ce 17 novembre 2016, une policière municipale avait fait usage de gaz lacrymogène sur la foule massée devant l’Hôtel de Ville, malgré la présence de « poussettes ».

La complicité préalables des plus hautes autorités politiques, et des médias de masse, vis à vis de l’impunité des gendarmes assassins, lui avait-elle perverti son sens du devoir ?

Lors du meeting d’hier soir, Madame Assa Traoré, la sœur d’Adama Traoré, nous a informé sur le déroulement du procès, en direct du Tribunal de grande instance de Pontoise.



Une manœuvre dilatoire de dernière minute (un portable trouvé dans la cellule de ses frères) permettra malheureusement au ministère public, de faire diversion au sujet des mensonges contradictoires que constituaient les accusations des policiers.

Résultat, le citoyen Bagui Traoré est condamné à huit mois de prison ferme, le citoyen Youssouf Traoré est condamné à trois mois de prison ferme, et trois mois de prison avec sursis, comme malheureusement requis par le parquet.

Les responsables de ces injustes condamnations, comme les médias de masse qui les relaient complaisamment, osent affirmer que l’assassinat, par des membres des forces armées françaises, de Monsieur Adama Traoré, le 19 juillet 2016, serait « un décès suspect ».

De la même manière que nous constatons que monsieur Jérôme Cahuzac est libre de ses mouvements, nous affirmons que Bagui Traoré est un prisonnier politique !

Nous demandons pardon à la famille d’Adama Traoré pour cette décision de droit qui ne répond pas à la légitime exigence de justice qui est la leur, mais aussi celle de tous leurs nombreux soutiens.

Cette décision ne correspond pas à une recherche sincère d’apaisement, voire de sérénité, elle est à la paix sociale dans nos quartiers, ce que les forces armées sont à la paix civile en Syrie ou au Yémen.

Avec mon ami Eric Pététin, nous lançons un appel à la mobilisation non violente active généralisée pour exiger les libérations immédiates de Bagui Traoré, la fin immédiate de l’inique état d’urgence, qui n’a pas d’autre finalité que de criminaliser les opposant(e)s politiques, et de mettre les plus faibles d’entre nous à la merci des plus forts.

Nous pensons à la famille Traoré, à la famille Dieng, à la famille Kamara, à la famille Mansouri, à la famille Fraisse, mais aussi à Marcus, Jean-Marc Rouillan, Julien Coupat ...

Que l’ancien ministre de l’intérieur soit actuellement premier ministre est une provocation politique majeure de nature à troubler gravement l’ordre public.



Les frères Traoré sont des citoyens militants, et des victimes du racisme institutionnel et colonialiste français, tous les nuisibles promoteurs des prochaines déchéances pestilentielles sont complices de cette abominables et antirépublicaine injustice sociale !

Amitiés Solidaires & AntiNUcléaires.

Voir en ligne : Solidarité avec toutes les victimes de l’inique état d’urgence.

Répondre à cet article