Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Feuilleton antinucléaire > Le pouvoir c’est l’oubli

Le pouvoir c’est l’oubli

Aimer est un vital devoir

samedi 7 janvier 2017, par Pierre Merejkowsky, Roger NYMO

Le besoin de gentils chefs d’États est un besoin artificiel, créé par l’éducation nationale, et entretenu par la peur des méchants chefs d’États voyous, voire terroristes !

Si un réel danger survenait, l’essentiel n’est-il pas d’avoir des jambes qui courent plus vite que les balles, et une peau qui résiste aux armes thermonucléaires ?



Rappelle-toi Barbara

Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là

Et tu marchais souriante

Épanouie ravie ruisselante

Sous la pluie



Rappelle-toi Barbara

Il pleuvait sans cesse sur Brest

Et je t’ai croisée rue de Siam

Tu souriais

Et moi je souriais de même



Rappelle-toi Barbara

Toi que je ne connaissais pas

Toi qui ne me connaissais pas

Rappelle-toi

Rappelle toi quand même ce jour-là

N’oublie pas



Un homme sous un porche s’abritait

Et il a crié ton nom

Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie

Ruisselante ravie épanouie

Et tu t’es jetée dans ses bras



Rappelle-toi cela Barbara

Et ne m’en veux pas si je te tutoie

Je dis tu à tous ceux que j’aime

Même si je ne les ai vus qu’une seule fois

Je dis tu à tous ceux qui s’aiment

Même si je ne les connais pas



Rappelle-toi Barbara

N’oublie pas

Cette pluie sage et heureuse

Sur ton visage heureux

Sur cette ville heureuse



Cette pluie sur la mer

Sur l’arsenal

Sur le bateau d’Ouessant



Oh Barbara

Quelle connerie la guerre

Qu’es-tu devenue maintenant

Sous cette pluie de fer

De feu d’acier de sang

Et celui qui te serrait dans ses bras

Amoureusement

Est-il mort disparu ou bien encore vivant



Oh Barbara

Il pleut sans cesse sur Brest

Comme il pleuvait avant

Mais ce n’est plus pareil et tout est abîmé



C’est une pluie de deuil terrible et désolée

Ce n’est même plus l’orage

De fer d’acier de sang

Tout simplement des nuages

Qui crèvent comme des chiens



Des chiens qui disparaissent

Au fil de l’eau sur Brest

Et vont pourrir au loin

Au loin très loin de Brest

Dont il ne reste rien.

Jacques Prévert, « Paroles », Gallimard, 1946.


P.S. : Avec cinq années d’avance, Manuel Valls s’engage, comme Jean-Luc Mélenchon 2017 et ses adeptes insoumis, grâce à la promesse d’un référendum, contre le nucléaire en France !

Coïncidence ou abominable avenir commun ?


Voir en ligne : Les États et les transnationales assassinent les peuples !

Répondre à cet article