Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Vigilance citoyenne > Victimes électorales collatérales

Victimes électorales collatérales

Élire son boucher en marchant vers l’abattoir

samedi 6 mai 2017, par Roger NYMO

« Si laisser faire le mal est pire que de le faire, qu’est-ce que consentir électoralement à un mal que l’on nous dit moindre ? »

R.N.

« Je ne connaîtrai pas la peur, car la peur tue l’esprit. La peur est la petite mort qui conduit à l’oblitération totale. J’affronterai ma peur. Je lui permettrai de passer sur moi, au travers de moi. Et lorsqu’elle sera passée, je tournerai mon œil intérieur sur mon chemin. Et là où elle sera passée, il n’y aura plus rien. Rien que moi. »

Frank Herbert - Dune

Voici ce que j’écrivais sur mon mur facebook, le 2 mai 2017, à 18h59 :

Aujourd’hui un sale type tente de me forcer le passage alors que je traverse à pied sur un passage clouté.

L’insoumis au code la route me klaxonne très énervé, et ouvre la vitre de sa camionnette pour me gratifier d’un :

« Dégage de là ! »

Je lui montre le piéton vert du feu tricolore, et j’ai droit à un :

« Va voter Le Pen sale con ! »

Ce genre de publicité insoumise pour l’extrême droite pullule malheureusement dans ma banlieue.

Un système où voter consiste à éliminer les gens que l’on déteste est un système pervers qui n’a strictement rien à voir avec la démocratie !



Tous les choix électoraux, au delà de leurs valeurs intrinsèques, sont mathématiquement contestables au niveau de leur légitimité.

Socialement ces choix sont nuisibles car ils sont facteurs de divisions et parfois de conflits à cause de la violence prosélyte qu’ils engendrent.

L’État de disgrâce sociale est un incontournable acquis électoral du MEDEF :



Au bord du précipice électoral mes ami-e-s insistent lourdement pour que je fasse un grand pas en avant.

Fuir la peste brune en sautant dans le vide me semble à la fois suicidaire et lâche.

S’abstenir ou voter blanc c’est avoir le courage citoyen de faire face :

¡ NO PASARÁN !


JPEG - 43.2 ko
L’Empereur Donald Ier

La seule est importante question qui n’est jamais posée dans les médias de masse est celle-ci :

Quels besoins réels avons-nous de nous élire des chefs ?

Ma réponse à cette question est très claire :

Subordonner ses actions aux décisions de tierces personnes élues offre plus d’inconvénients que d’avantages.

Espérons en nous même plutôt que d’entretenir, de manière nuisible et dangereuse, la peur de l’autre !

Au soir du premier tour des déchéances pestilentielles 2017, toutes les personnes qui se sont abstenues, ainsi que celles qui ont voté blanc sont la première puissance électorale de France.

Nous refusons l’état d’urgence conséquence politique des excellentes ventes d’armes françaises, nous refusons tous les non-choix d’un système agonisant qui veut nous entraîner dans sa chute :

La mère de toutes les violences, c’est le refus délibéré de tous les dialogues pour imposer une pensée unique :

PRODUIRE - CONSOMMER - VOTER

Pour les opportunistes et les stratèges, il est essentiel de qualifier le courage politique d’un clair refus de participer à de funestes plans, de lâcheté voire de trahison.

Notre victoire au second tour sur leurs ténèbres n’en sera que plus lumineuse !

Il est urgent de lutter de manière non violente est active contre tous les Fronts Nationaux :


JPEG - 112 ko
Cliquez pour en savoir plus sur le leader autoproclamé du Front Nationaliste Insoumis !

Pas un seul des maux que l’on veut éviter par la guerre n’est un mal aussi grand que la guerre elle-même.

Bertrand Russell

Une odeur est-elle moins nauséabonde selon la direction du vent qui la porte ?


JPEG - 29.6 ko
Il n’y a pas de bons bombardements de populations civiles !

Nous devons aussi dénoncer le criminel rôle des médias de masse dans la dénonciation partiale et unilatérale des conséquences de la violence sociale institutionnalisée.

Voici ce qu’en dit, sur les réseaux sociaux, le Mouvement Inter Luttes Indépendant :



Les médias n’en parleront pas, mais les Street Medic Paris ont dénombré 124 personnes blessées lors de la manifestation du 1er mai 2017 et beaucoup d’autres qui n’ont pas été comptées.

Sur la photo, vous voyez le visage de quelqu’un qui a reçu un tir de LBD durant la manifestation. Il fait partie des cas recensés par l’équipe médicale. Sa mâchoire est maintenue par des broches métalliques. Le nerf a été écrasé, ce qui a provoqué une insensibilité de la lèvre inférieure. Il ne pourra retrouver cette sensibilité que d’ici deux à trois ans, au mieux, et il est même possible qu’il ne la retrouve jamais. Les médecins ne peuvent se prononcer à l’heure actuelle.

La réalité de la police, de son armement, des règles qu’elle ne respecte pas (rien d’étonnant pour nous cela dit, car c’est son rôle d’en abuser pour maintenir un ordre), mais aussi des médias et de la classe politique qui décident de la couvrir consciemment sans jamais parler des personnes blessées en manifestation - ou très rarement.

(Source : https://www.facebook.com/1823538486...)

Quel que soit le résultat des déchéances pestilentielles, ce funeste dimanche 7 mai 2017, la violence sociale et son sanguinaire cortège de victimes n’en est malheureusement qu’à son début.

En effet, les deux non-choix encore en lice imposeront le mortifère non-choix suicidaire nucléaire et son triste corollaire, une société policière et guerrière.

Selon leurs promesses convergentes, ils gouverneront « démocratiquement », pendant les cinq terribles prochaines années, grâce à l’article 49-3 de l’inique constitution de 1958.

Ce qu’ils veulent c’est notre subordination consentante de futurs irradié-e-s volontaires, de consom’acteurs logotomisés et insoumis !

Lorsque des leaders « Désobéissants » prêchent la discipline électorale, lorsque des anarchistes médiatiques appellent à l’insoumission à l’abstention ou au vote blanc, c’est uniquement parce que leurs modèles économiques s’inscrivent en creux dans le système qu’ils prétendent opportunément combattre car ils sont les bons chefs qui remplaceront les mauvais.

J’ai eu tort d’écouter mon ami Wladimir Tchertkoff, en 2010, et d’être élu à mains levées administrateur de l’association « Enfants de Tchernobyl Bélarus ». Cela m’a logiquement conduit à voter ma radiation de cette association, car j’ai enfin compris qu’il ne faudrait surtout pas que de véritables antinucléaires s’occupent de la radioprotection des populations victimes du lobby nucléaire.

Dans la même logique, j’ai récemment voté pour que mon amie Janick Magne devienne administratrice de la CRIIRAD, elle pourra y déplorer les milliards de becquerels qui trouveront prochainement refuges dans la chaîne alimentaire planétaire.

Il ne faut surtout pas constituer des majorités, des partis, des camps, des clans, cela nous conduira irréversiblement vers l’impasse mortifère de l’élection et tous les criminels et mesquins calculs de celles et ceux qu’attirent l’argent public facile ou la reconnaissance sociale déléguée.

Lorsque que le moteur devient frein, il est temps de descendre du véhicule républicain, je suis dorénavant uniquement candidat au bonheur d’être libre.


JPEG - 140.8 ko
Crédit photographique Fatima Ezzahra Benomar - Premier mai 2017

Amitiés Solidaires & AntiNUcléaires.

P.S. : Leurs profits ne valent pas nos vies !

Voir en ligne : Radio Anarchiste Directe A République - RADAR

Documents joints

Répondre à cet article