Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Vigilance citoyenne > Etat de disgrâce ou d’urgence ?

Etat de disgrâce ou d’urgence ?

Marche forcée vers les non choix législatifs précédents la catastrophe perpétuelle

samedi 27 mai 2017, par Roger NYMO

« ... Une nuit des Longs Couteaux virtuelle réclamait ses victimes ... »

Günter Grass - En crabe - www.seuil.com - ISBN 2-02-055629.4

Quand un flan accouche d’un macaron, qui nous roule dans la farine ?


JPEG - 655.7 ko
Cliquez sur l’image pour obtenir un début de réponse à la question ci-dessus.

L’écologie politique doit s’éloigner définitivement de toutes les structures associatives hiérarchiques de type entrepreneurial qui prétendent fallacieusement protéger la nature.

Les salariés militant-e-s, de par leurs liens contractuels de subordination au sein des organigrammes de ces organisations non gouvernementales, sont totalement antinomiques avec l’horizontalité nécessaire et indispensable à l’efficace expression libre de tous les pouvoirs naturels, dont nous exigeons le respect le plus absolu.

L’instrumentalisation électorale de nos forces et de nos propositions est totalement inacceptable !


JPEG - 273 ko
Rejoignez le vital arrêt immédiat, définitif et inconditionnel de toutes les installations nucléaires.

Je soutiens mes ami-e-s Eric Pététin et Murielle Capdevielle qui se présentent à vos suffrages, lors des prochaines élections législatives, dans la troisième circonscription des Pyrénées Atlantique.

En tant qu’anarchiste, ce sont les ami-e-s que je soutiens et non la nuisible et illusoire délégation de pouvoir.


JPEG - 195 ko
Amabilités pré-gouvernementales

Le seul véritable pouvoir est celui de proposer des voies nouvelles et non celui de quérir les voix présentes en nuisant à l’expression libre des voix hétérodoxes.

Toutes les élections conduisent les sociétés humaines vers de dangereuses impasses organisationnelles, le népotisme, comme la violence, sont des parts naturelles de notre éthologie de grands primates.

Notre sur animalité deviendra un atout, plutôt qu’un dangereux handicap, si nous partageons le monde avec toutes les espèces qui lui appartiennent aussi.

Les sociétés guerrières de pillage-gaspillage sont heureusement finissantes.

En arrêtant de manger de la viande, en ne me droguant pas, en réduisant mes besoins à l’essentiel d’une vie simple, j’ai pris le seul petit chemin qui n’est pas une impasse.


JPEG - 513.8 ko
Le chemin de la révolution non violente active commence ici !

Il faut rechercher le véritable « esprit abominable » dans les algorithmes d’un tableur. Quand les êtres vivants ne sont plus que des chiffres, leurs rapports se réduisent à de mortifères bilans comptables.

Par ici la sortie ! Là où l’on partage, la vraie richesse croît.

Lisons au sujet de sa candidature ce qu’écrit sur son mur facebook notre ami Eric Pététin, le vendredi 26 mai 2017 à 11h39 :

Voici la profession de foi que nous avons écrite avec ma fille adoptive Muriel pour les élections législatives sous la bannière de l’écologie radicale et de la décroissance.

UN MONDE EN DANGER

Depuis au moins la révolution industrielle du XIXe siècle,nos sociétés occidentales sont principalement basées sur une foi aveugle dans le progrès technique qui promet une croissance économique perpétuelle et un enrichissement général de la population.

L’argent, le productivisme et la consommation incessante sont devenus les derniers dieux de la religion quasi-mondiale de l’économie. C’est la religion de la marchandise.

Or cette religion matérialiste, basée sur le mythe du progrès technique qui nous promet le bonheur par le « toujours plus » est en train de supprimer inexorablement les conditions nécessaires à la vie, en modifiant gravement le fabuleux éco-système Terre...

Déforestation massive, appauvrissement des sols, gorgés d’engrais chimiques et de pesticides, disparition accélérée de très nombreuses espèces animales et végétales, bétonnage et goudronnage permanents, surexploitation animale avec 95 millions d’animaux abattus chaque jour dans le monde, pollution de l’air, des rivières et des océans, fonte des glaciers et de la banquise, réchauffement climatique...

La situation globale est devenue extrêmement inquiétante et de nombreux scientifiques de renom n’hésitent plus à parler d’un véritable écocide planétaire,puisque nous consommons chaque année beaucoup plus que ce que la planète peut supporter (si tous les pays vivaient comme les Européens, il faudrait alors 4 planètes !)

UN MONDE À SAUVER

Pour éviter l’effondrement qui s’annonce, il est urgent de changer radicalement notre relation à la planète en la considérant enfin pour ce qu’elle est : la Terre-Mère ; « Pachamama » ;

Quand nous aurons collectivement compris que nous sommes ses enfants, nous arrêterons de lui faire du mal et adopterons une véritable politique de décroissance. Car c’est la seule façon de réduire notre empreinte écologique et de laisser une Terre vivable aux générations futures. Nous sommes déjà 7 milliards et demi d’humains et nous devons décider de « vivre comme des frères », entre nous et avec la nature entière et non plus comme des adversaires et des prédateurs. À notre attitude orgueilleuse et anthropocentrique d’exploitation, nous devons substituer une attitude humble et reconnaissante de coopération.

L’énorme erreur de la pensée rationaliste et scientiste est d’avoir complètement séparé l’Homme de la Nature, en lui donnant de surcroît le droit de l’exploiter jusqu’à la piller tout en l’aménageant à son seul profit.

Or l’être humain fait intégralement partie de la nature, il est biologiquement un animal. C’est parce que nous l’avons oublié que nous avons du mal à vivre et ne pouvons pas être heureux dans le béton, le goudron, la pollution, la compétition et le chacun pour soi devant son écran !

Comme l’ont magnifiquement écrit les Indiens d’Amérique, avant d’être massacrés par les migrants européens :

La Terre n’appartient pas à l’Homme . L’Homme appartient à la Terre.

C’est à cette sagesse ancestrale que vous appellent les décroissant-e-s !

Il s’agit maintenant, avant qu’il ne soit trop tard, de déclarer la Paix à la Nature, c’est à dire aussi à nous mêmes.

La première mesure sera d’arrêter le cancer que constitue l’artificialisation des terres agricoles et naturelles.

La deuxième qui lui est concomitante, sera de revenir à une agriculture vivrière et biologique principalement végétarienne, seule capable de nourrir la famille humaine et seule capable aussi de diminuer sérieusement les énormes quantités de CO2 que provoque l’agriculture actuelle, chimique, mécanique et industrielle, beaucoup trop axée sur la production de viande.

Il nous faudra alors choisir la permaculture et l’agroforesterie qui pourront alors refaire de la Terre un fabuleux jardin d’abondance et faire disparaître la faim, la misère et l’injustice qui sont causes de violences et de guerres.

Oui la paix universelle, le désarmement général et la justice mondiale, dans le respect et l’amour de Pachamama, le tout dans une sobriété heureuse et une liberté frugale, seront alors possibles.

Alors nous réaliserons au niveau mondial la très belle devise -encore inappliquée- des sans culottes de la révolution française :

Liberté - Égalité - Fraternité

(Source : https://www.facebook.com/eric.petet...)


JPEG - 561.9 ko
Non violence active !

Pas de liberté sans égalité, pas d’égalité sans fraternité, la devise est écrite à l’envers !

Je sais que la permaculture et l’agroforesterie sont impossibles sur des terres durablement contaminées. Je sais aussi que le choix de vivre simplement pour que d’autres puissent simplement vivre est une condition nécessaire, mais malheureusement totalement insuffisante pour réamorcer les naturels cercles vertueux.

Toutes les périodes de réchauffement climatique global terrestre ont été des périodes d’augmentation de la biodiversité, plus de CO2 dans l’atmosphère correspond à plus de biomasse (Carbonifère).

La plus grande extinction d’espèces vivantes, celle dont malheureusement nous constatons actuellement les ravages mondiaux correspond au développement des activités humaines, déforestation, surpêche, extractivisme, production de masse et commerce globalisé.

La plus grande extinction passée d’espèces vivantes, celle de la transition Permien-Trias, n’est pas due à une période de réchauffement climatique, comme on le croyait précédemment à une découverte scientifique récente (et discrète) d’un bref âge glaciaire, avec acidification des océans, responsables de l’effondrement rapide de la biodiversité terrestre.

Ce bref et intense refroidissement planétaire était la conséquence de l’obscurcissement des rayonnements solaires provoqué par les rejets atmosphériques des Trapps de Sibérie.

Cette découverte scientifique majeure à été rendu possible grâce à une technique de datation absolue fondée sur la désintégration radioactive naturelle de l’uranium appliquée à des échantillons de couches géologiques chinoises.

La destruction de la biosphère terrestre n’est donc pas un choix délibéré de l’humanité, comme osent vouloir nous le faire croire la sournoise notion de « sobriété heureuse », promue médiatiquement par les anthroposophes, ceux qui font cultiver leurs jardins, de manière bio-dynamique, grâce à l’argent des stages New-Age que financent leurs adeptes.

Ce modèle économique est un des résilients avatars spirituels d’une société ou la radicale efficacité entrepreneuriale se substitue à la généreuse solidarité active de ceux qui subissent la récession organisée, par ceux qui pensent et préméditent l’abominable transhumanisme institutionnel et privé.

La nature et l’humanité n’ont besoin d’aucune amélioration, par contre elles ont besoin toutes les deux de respect !

Pour faire échec à l’absence d’empathie des artificiels monstres froids et informatiques que sont devenues nos sociétés inhumaines de pillage-gaspillage généralisé, notre non-collaboration est nécessaire et suffisante.

Aucun peuple n’a intérêt à faire la guerre à un autre peuple, seuls les marchands d’armes y trouvent leurs comptes !


JPEG - 177.6 ko
Rejoignez-nous !

Nous avons dit NON, il y a douze ans, au projet de constitution de l’Union Européenne.

Nous avons dit NON à la privatisation forcée de tous les services publics, imposée par les critères de convergence d’un inique traité intergouvernemental, ratifié par la représentation nationale en 2008, en contredisant les choix démocratiques, référendaires et populaires du 29 mai 2005 !

Je n’élirai pas de nouveaux « décideurs », que ces personnes se réclament de l’apparatchik Jean-Luc Mélenchon ou que l’apparatchik Jean-Luc Mélenchon soutient.


JPEG - 630.7 ko
Cliquez pour mieux connaître les pratiques des amis des peuples !

J’appelle les inscrits sur les listes électorales de la première circonscription de Seine-Saint-Denis à voter blanc ou à s’abstenir lors des deux tours des prochaines élections législatives.

Frédéric Durand et Eric Coquerel, comme l’apparatchik Jean-Luc Mélenchon, représentent tout ce qu’une majorité écrasante a refusé lors des dernières déchéances pestilentielles.

Comme tous les candidat-e-s, ils servent les intérêts financiers de partis politiques, ils croient que la croissance économique est salutaire, ils pensent, comme le Président de la République Marchande Emmanuel Macron, que les vies d’Ali Mohammed al-Nimr et des trois autres jeunes condamnés à mort en Arabie Saoudite valent nos emplois et les lucratifs carnets de commandes d’entreprises publiques ou privées !

Ce sont leurs états majors politiques qui nous ont imposé comme député, en 2012, Monsieur Bruno Le Roux :

Qu’ils dégagent !

Nous n’avons pas à préférer Frederick Winslow Taylor à Alekseï Stakhanov !


JPEG - 256.7 ko
La République Marchande en Marche !

Notre non-collaboration électorale peut mettre à bas l’inique constitution française de 1958, notre non-collaboration électorale peut mettre fin à l’inique financement public des partis politiques de la cinquième République, notre non-collaboration électorale peut mettre un coup d’arrêt à l’inique gouvernance institutionnelle au service d’intérêts privés, qu’elle soit nationale ou prétendument européenne, notre non-collaboration électorale peut restaurer la hiérarchie des normes, notre non-collaboration électorale est un moyen démocratique et non violent de résistance active pour rompre définitivement nos liens sanguinaires avec la criminelle machine de guerres néocolonialistes qu’est l’OTAN !

Un ami qui a voté Macron au deuxième tour des dernières déchéances pestilentielles m’a dit que jamais « ils » ne supprimeraient le RSA, si des départements n’ont plus la trésorerie nécessaire pour payer pense-t’il que le budget alloué aux abominables arsenaux thermonucléaires français sera réattribué à la préservation de la paix civile ?

Le Réseau sortir du nucléaire et l’Observatoire du prêt-à-penser de l’opposition antinucléaire que se choisit le système CEA-faiseur-de-roi, poursuivent leurs funestes instrumentalisations électorales de nos vitales luttes :



Le seul véritable changement en marche maintenant que l’on doit redouter, et vis à vis duquel nous serons totalement impuissants, c’est l’inéluctable catastrophe perpétuelle nucléaire qui menace de son « invisible terreur muette » tous les territoires auxquels nous appartenons.

300 armes thermonucléaires et 19 centrales nucléaires, en France, dont de nombreux composants ont déjà dépassé l’âge limite de fonctionnement (40 années) pour lequel ils avaient été initialement conçus par des ingénieurs américains.

Les dissolutions du CEA (mafia), d’EDF (dealer) et du MEDEF (junkies) sont pour moi des préalables indispensables à la préservation de la paix sociale et de la paix civile en France.

Amitiés Solidaires & AntiNUcléaires.

P.S. : Mon compte facebook Roger Nymo est désactivé à l’insu de mon plein gré, la liberté d’expression conditionnelle et marchande est en marche forcée ? Peu avant cette deuxième désactivation de mon compte facebook, en moins de trois semaines, j’avais relayé sur ma page cette importante pétition en faveur d’une cheminote SUD-RAIL :

Un lien de cause (toujours) à effet (’rme ton bec) ?

Voir en ligne : Roger Nymo

Répondre à cet article