Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Vigilance citoyenne > SOLIDARITÉ POPULAIRE

SOLIDARITÉ POPULAIRE

Préparons l’insubordination non violente active pour mai 2018

mardi 31 octobre 2017, par Roger NYMO

« On ne garde du front que le populaire, on remplace la violence explosive par une fleur et on accueille la solidarité, qui est la vitale condition indispensable à l’union dans la diversité des véritables progressistes :

Adieu Front Social, l’insubordination non violente active fleurit sans pesticides insoumis ! »

J’ai hésité entre solidarité et fraternité, les deux me convenaient.


PNG - 354.3 ko
L’insubordination non violente active résiste à tous les partis !

Selon le principe « Krassovskyen » de la « non-appartenance », l’individu fraternel et solidaire prime toujours sur tous les groupes partisans.

Celui que les médias de masse français osent nous présenter comme le leader de la gauche de la gauche est un beau spécimen de rétrograde :

Sur France Info, le lundi 30 octobre 2017, Le député insoumis Jean-Luc Mélenchon se réjouissait de la situation politique actuelle, selon lui ouverte, et pourtant, il poursuivait en nous expliquant que Monsieur Emmanuel Macron avait gagné le premier tour social de ce front ouvert et instable, car la jeunesse française :

... ne se bougeait pas !

Pour ce qui est de Messieurs Rémi Fraisse et Adama Traoré, ont-ils un mot d’excuses du commissaire-enquêteur-député François Ruffin ?

Monsieur Jean-Luc Mélenchon espère peut-être, que la violence de l’État français, qu’il considère comme légitime, qui s’abat sans discernement et en toute impunité sur les militant-e-s non violent-e-s, se transforme en une opportune insurrection populaire ouvrant à ses partisans et franchisés les ors du pouvoir Républicain ?

Pense-t-il sincèrement, qu’un violent et nuisible changement de leadership, à la tête de l’État-nation colonialiste et pronucléaire français, soit la préoccupation principale et vitale de la jeunesse qui appartient aux territoires métropolitains et à ceux de l’outremer ?

Quid de ses ami-e-s des états-majors-lubrifiés des syndicats français ?

Grève générale interprofessionnelle reconductible, sont-ce des gros mots ?

Sont-ce les communicants professionnels et rebelles du groupe Dassault qui ont conçu et financé le logotype du Front Social ?


PNG - 244.9 ko
La subordination à la France insoumise une impasse partisane de plus.

Toutes les formes de prosélytisme véhiculent une violence intrinsèque, elles sont harcèlements idéologiques, recherches urgentes d’une audience élargie, par de séduisants mensonges, qui amalgament dangereusement délation et prévention, qui adoptent le violent raccourci de l’insulte pour cimenter le groupe par le rejet et l’exclusion de ce, et de celles et ceux, qui lui sont « étranger-e-s ».

Écoutons à ces sujets quelques fainéant-e-s :



L’islamiste, le juif, le plombier polonais, le travailleur détaché, tout fait ventre électoral pour tous les populistes.

Le replis nationaliste, sexiste, régionaliste, corporatiste ou identitaire n’est porteur d’aucune valeur progressiste.

Le but est dans la façon d’avancer, traverser en urgence un État ou un territoire ne permet pas de socialement profiter du paysage, il est impossible d’avancer vers une paix durable une arme à la main, la nuisible confusion entre développement et progrès permet malheureusement la poursuite des pillages des territoires que l’on prétend hypocritement aider à se développer.

La décroissance est un véritable progrès, elle permet de renouer avec des sociétés humaines incluses durablement dans les naturelles économies circulaires, dont les cycles des GES (Gaz à Effet de Serre) sont les piliers climatiques.

Renoncer à l’énergie nucléaire est un progrès sanitaire et social, car toutes les activités nucléaires anthropiques sont antinomiques avec la vie et génèrent des emplois durablement mortifères. Malheureusement, dans son délibéré du 31 octobre 2017, la juge de l’audience en référé du 10 octobre 2017, au sujet des malfaçons de la cuve et du couvercle de l’EPR de Flamanville, a donné tort à l’Observatoire Du Nucléaire, et lui laisse donc une facture de 3000 € de frais de justice, avec en prime une catastrophe nucléaire planétaire made in UE potentielle sans aucune application du simple principe de précaution :

La rupture de la cuve est exclue !

Renoncer à l’esclavage salarial est un progrès social indéniable.

Renoncer aux pesticides, c’est renoncer à empoisonner la terre et tous ses enfants, c’est un véritable progrès sanitaire et social.



Revendiquer l’interdiction du surtravail et des taux d’intérêt positifs sont des progrès sanitaires et sociaux.

Revendiquer que tous les revenus soient soumis à des cotisations sociales sera un progrès fiscal et social.

Renoncer à tous les luxes est le seul moyen de mettre fin à toutes les misères.

Renoncer à élire des chefs nous épargnera définitivement toutes autorités imposées, hors du cadre naturel de l’autorité que confère la compétence, la désobéissance civile n’aura donc plus aucune raison d’être.

Renoncer à posséder et à léguer redonnera à la propriété d’usage sa naturelle, vitale et salutaire fonction sociale de répartition par le partage. Cela évitera aussi la criminelle destruction des outils de travail par ceux qui possèdent le capital.

Renoncer aux véhicules automobiles ne sera pas une bonne chose uniquement pour les arbres, les hérissons, les ours, les loups et les bassins versants. Soutenez tous les zadistes qui défendent de manière non violente notre avenir commun !

Renoncer à l’extractivisme en mettant en place des banques publiques locales pour tous les matériaux recyclables et non renouvelables.

Renonçons au centralisme et à la bureaucratie, car la vraie vie est toujours locale.

Mais surtout n’oublions pas :

Le changement n’est pas plus dans les urnes que dans la rue, il est dans le choix de ce que l’on produit, dans le comment on le produit et dans le pourquoi de sa production.

Amitiés Solidaires & AntiNUcléaires.

Voir en ligne : Solidarité avec toutes les victimes de l’inique état d’urgence.

Répondre à cet article