Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Vigilance citoyenne > Maïeutique Planétaire

Maïeutique Planétaire

Croissance Obligatoire Préjudiciable versus vingt-troisième Bonn kermesse au CO2

jeudi 30 novembre 2017, par Roger NYMO

« C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe, Voici, la jeune fille deviendra enceinte, elle enfantera un fils, Et elle lui donnera le nom d’Emmanuel. »

Ésaïe 7:14

« Plus nous reculons dans le passé et plus évidente est la trace de Dieu sur l’homme. La trace du paradis est sur le visage des Égyptiens. »

Dimitri Sergueïevitch Merejkovski (1865 - 1941) - « La Naissance des dieux » - 1924 - Calmann-Lévy - Publié autrefois en France sous l’orthographe Merejkowsky.

« Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres. »

Antonio Gramsci (1891 - 1937)

Les monstres se déchaînent au Yémen, en Libye, en Syrie, au Congo...

...Il vaut mieux arrêter immédiatement cette funeste énumération, le seul point commun entre tous ces enfers locaux est d’être lieux d’affrontements des appétits mondialisés de sociétés de domination totale, militaire et industrielle.

Le monde est ressources, ce qui ne peut être accaparé, ce qui ne produit pas, ce qui ne consomme pas, n’est RIEN.

Les chiffres ont remplacé les mots.

Choses ou êtres vivants ont dorénavant pour véritables noms des chiffres, nous sommes soustraits et divisés méthodiquement, électroniquement, nous sommes chairs à tableurs, au service instantané de la Sainte Croissance de tous les pillages et gaspillages, dans un mortifère effet d’albédo spéculatif, dont la toute puissance inéluctable n’est qu’apparences médiatiquement entretenues.

Ces investissements militaires et médiatiques colossaux sont incontournables et indispensables à l’entretien d’un sentiment de totale impuissance parmi toutes les composantes de toutes les populations asservies, végétales, animales ou sur-animales.

Cette impuissance est le fertile terreau de toutes les violences productivistes à venir, de tous les profits futurs, elle nourrit à la fois les trompeuses et vaines espérances consuméristes, parmi tous les subordonné-e-s de l’abomination industrielle dévorante, et un profond désespoir parmi toutes les victimes directes ou collatérales des conséquences irréversibles ou durables du pillage-gaspillage systématique des ressources globales, fussent-elles non renouvelables, ou renouvelables à un rythme naturel très en dessous du mortifère tempo des urgents objectifs boursiers.

Un seul mot peut permettre de résumer cette nuisible doxa :

VITE

Ce caractère d’urgence imposée est intrinsèque à l’optimisme suicidaire du mercantilisme mondialisé.


JPEG - 96.3 ko
Jean Jaurès par Nadar en 1904.

Le capitalisme porte en lui la guerre, comme la nuée porte l’orage !

Jean Jaurès (25 juillet 1914)

Celles et ceux qui pensent proposer des alternatives durables aux impasses actuelles, radotent les mêmes mortifères concepts sémantiques que ceux implantés, dès notre plus jeune âge, par les sociétés militaro-industrielles.

Les luttes viables, contre tous les abominables et technocratiques monstres froids, sont nécessairement lentes, locales et variées.

Prétendre unir et fédérer en urgence ne peut pas être écologiquement viable et durable.

Ne pas désirer ce que nos adversaires redoutent est la voie vers la grande paix universelle par le renoncement.

Ne pas redouter ce que nos adversaires désirent est la voie qui nous affranchit de toutes les tyrannies, par le renoncement à toutes dominations.

Le monde auquel nous appartenons est actuellement transformé en une caverne de violents brigands, les choses et les êtres vivants y sont vendus pour être sacrifiés sur l’autel des profits financiers, un mortifère lien de subordination asservit les sciences à leurs plus nuisibles applications technologiques, les grands prêtres de la mortifère technophilie mondialisée veillent jalousement à faire taire toutes les hérétiques voix hétérodoxes.

Qui peut briser cet abominable cercle vicieux, qui peut s’affranchir de l’ultime sceau d’un monde en souffrance mortelle pour nous révéler les nombreux signes contemporains d’une naissance à venir ?

Des regards exogènes, d’inexplicables et improbables accolades fraternelles, étrangères à toute condescendance :

ESPÈCE RAPIDE

Il me faudra deux décennies de rencontres, d’échanges, de lectures, de visionnages, pour comprendre ce que signifie cet oxymore, qui fut l’expression immédiate et terrorisée d’un être pensant.

Deux décennies pour prendre avec moi, par la chair et par l’esprit, cette révélation personnelle, pour pouvoir l’extrapoler utilement au devenir de l’espèce à laquelle j’appartiens, en tenant compte des 1,8 millions d’autres espèces endogènes.

Le but de notre passage dans ce monde ne peut pas être l’accumulation de biens, l’accaparement de territoires, la destruction de ce qui aspire à vivre sans être nous.

Comment peut-on posséder plusieurs maisons, là où ils sont si nombreux à ne pas avoir de toit ?

Comment se gaver et gaspiller la nourriture, là où 100 000 êtres humains meurent de faim quotidiennement ?

Sont-ce les conséquences du dérèglement climatique ?

NON.

Ces temps militaro-industriels, sont les violents présents empoisonnés de la spéculation, ils sont les monstrueuses conséquences mortifères des taux d’intérêt positifs, qui détruisent les économies réelles pour réaliser des plus-values à très court terme.

La déforestation, la surpêche, la dangereuse surproduction électrique nucléaire, les industries junkies aux produits pétroliers, les tripatouilleurs de génomes, la constitution de monopoles gestionnaires des besoins vitaux de l’humanité, le mortifère cycle production-destruction, indispensable à la pérennisation illusoire des activités industrielles, abîment, en quelques siècles, les capacités de résilience naturelle de la biosphère terrestre.

La terre a environ 4,5 milliards d’années, les dix derniers millénaires représentent donc environ 0,000222 % de cette durée. On comprend mieux le caractère extrêmement bref de cette véritable consumation de la biosphère terrestre !

...Le physicien Gabriel Chardin explique pourquoi aucune civilisation extraterrestre ne nous a encore rendu visite, alors que notre galaxie compte plusieurs centaines de milliards de planètes. Une question très sérieuse connue sous le nom de paradoxe de Fermi...

(Source : https://lejournal.cnrs.fr/billets/l...)

Nous devons aussi prendre conscience du caractère dramatique et exceptionnel de l’actuelle plus grande perte de biodiversité :

...Est-ce un hasard si la diversification débute à l’Ordovicien moyen lorsque les océans ont une température voisine de celle des eaux tropicales actuelles ? Parallèlement les eaux océaniques ont été enrichies en sels minéraux par l’activité intense des dorsales et par une érosion des continents accrue par le développement des végétaux terrestres. Ces conditions ont été propices au développement du phytoplancton et des algues fixées sur le fond des océans. Ceci d’autant plus qu’une grande partie des continents était recouverte de mers peu profondes. Ce dopage de la base des chaînes alimentaires a favorisé la diversification des animaux filtreurs, des brouteurs et des consommateurs primaires en tout genre puis par voie de conséquence celle des prédateurs. Les nombreuses îles et micro-continents ont certainement joué un rôle important. En morcelant les aires de répartition ils ont favorisé la spéciation.

Ce bel ouvrage va être balayé par la glaciation de la fin de l’Ordovicien. Un quart des familles et la moitié des genres d’animaux marins vont alors disparaître. La vie aura alors connue la première grande extinction de son histoire. Par son importance cette crise se situe au deuxième rang juste après l’extinction de la fin du Permien...

(Source : http://www.evolution-biologique.org...)

On constate que la perte catastrophique de biodiversité est souvent due à des périodes de glaciations.

En ce qui concerne la très grande extinction de la transition Permien-Trias :

... La grande extinction Permien-Trias : tout le monde s’est trompé ! Une des plus grandes extinctions, qui a vu disparaître plus de 95% des espèces marines lors de la limite Permien-Trias il y a 250 millions d’années, était attribuée à une hausse conséquente des températures terrestres. Une nouvelle recherche invalide ce scénario.

En collaboration avec l’Université de Zurich, une équipe de chercheurs de l’Université de Genève (UNIGE), a découvert que cette extinction s’est produite sur un très bref laps de temps, à l’occasion d’une courte période glaciaire qui a précédé le réchauffement climatique global. Cette découverte constitue une avancée importante, car pour la première fois, non seulement les différentes étapes d’une extinction de masse ont pu être comprises et déterminées avec précision, mais aussi, le rôle majeur des explosions volcaniques en lien avec ces processus climatiques a pu être démontré.

Une recherche qui remet aussi en cause les théories scientifiques impliquant l’augmentation du CO² dans ces phénomènes, et ouvre par la même occasion la voie à une nouvelle vision de l’histoire climatique de la Terre ..."

(Source : http://www.space-news.be/2017/mar-a...)

Voilà deux raisons, documentées et raisonnées, pour lesquelles, les actuelles extinctions d’espèces ne doivent plus être considérées comme les conséquences d’un rapide réchauffement global, mais comme les conséquences irréversibles de la croissance rapide des activités industrielles et militaires qui induisent un dérèglement des complexes interactions physico-chimiques et thermodynamiques entre océans, atmosphère et biosphère.

Ces activités de prédations ne sont pas intrinsèques à l’espèce humaine, il n’y a donc pas de faute collective à expier.

Elles sont les mortifères résultats d’une rapide prise de pouvoir du monde de la finance sur l’ensemble des activités anthropiques de productions industrielles, par le pervers biais de la subordination par la dette.

Notre futur dépend donc de notre capacité à imaginer des mondes postindustriels où le surtravail, le salariat et les taux d’intérêts positifs soient définitivement et universellement proscrits.

Ce monde frémit depuis plus d’un siècle, les deux premières guerres mondiales sont les signes des douleurs qui préfigurent sa naissance. Depuis les années soixante dix du siècle dernier, les courbes démographiques s’infléchissent, le niveau de conscience augmente :

...L’apprentissage de la lecture et de l’écriture fait effectivement accéder chacun à un niveau supérieur de conscience. La chute des indices de fécondité révèle la profondeur de cette mutation psychologique, qui atteint largement le domaine de la sexualité. Il n’est donc pas illogique d’observer, dans ce monde qui s’unifie par l’alphabétisation et l’équilibre démographique, une multiplication des régimes politiques tendant vers la démocratie libérale...

Emmanuel Todd - Après l’empire - Essai sur la décomposition du système américain - Gallimard - ISBN 2-07-076710-8

Il n’est pas impossible d’imaginer une espèce humaine en équilibre démographique vers les années 2050, des démantèlements-reconversions de toutes les transnationales, la disparition des États-nations à l’avantage de la reconnaissance de tous les peuples, des cotisations sociales prélevées localement sur tous les revenus, au profit d’un système global autogéré de répartition équitable. Un partage du monde en cohabitations et coévolutions entre toutes les espèces terrestres et marines.

Cette vitale décroissance des activités industrielles doit nécessairement s’accompagner de programmes scientifiques mondiaux, tous plus ambitieux que ceux liés aux ostentatoires et géostratégiques conquêtes spatiales passées.

Les gestions des conséquences des déchets plastiques, des activités extractivistes, de l’agrochimie, de la pollution de la biosphère par des génomes modifiés, hors des mécanismes naturels de coévolution, de l’emploi irraisonné de nanoparticules et de tous les radionucléides générés et dispersés par l’ensemble des activités nucléaires passées, seront des tâches scientifiques, techniques, sanitaires et sociales vitales.

Prendre en charge la protection des populations, durant l’actuelle agressive période transitoire, devra s’accompagner d’un véritable plan de défense civile des territoires autogérés.

Des habitations et des lieux de travail devront être aménagés pour résister à d’éventuelles agressions chimiques, bactériologiques voire nucléaires.

Un maillage de détecteurs terrestres et maritimes devra nous permettre les interceptions rapides de toutes forces militaires sur les territoires autogérés.

Ces technologies de protection des populations et des territoires auxquelles elles appartiennent ne seront exportables que vers des territoires eux-mêmes autogérés par leurs populations dans le cadre d’un plan civil de défense.

Je ne sais pas si la volonté collective de notre espèce lui permettra d’échapper aux mortifères et durables effets des radionucléides, actuellement dispersés dans la biosphère, que ce soit de manière accidentelle ou volontaire.

La réduction de la taille moyenne des encéphales des oiseaux qui survivent dans des zones durablement contaminées par des radionucléides artificiels, depuis seulement quelques décennies, ne doit pas être négligée.

Un processus d’involution radio induit pourrait abîmer les capacités humaines et peut-être nous faire régresser à un stade où nos capacités cognitives ne nous permettraient plus de gérer le vital confinement des déchets nucléaires.

Comme l’écrivait Antonio Gramsci dans ses « Lettres de prison. » :

...Je suis pessimiste par l’intelligence mais optimiste par la volonté...



En ce qui concerne l’actuelle pollution des territoires européens par du ruthénium-106, il est criminel de faire appel à l’ONU et à l’AIEA pour en déterminer la source.

Cette organisation internationale et l’agence qui culmine son organigramme, sont les premiers responsables de la promotion et du développement rapide de toutes les activités nucléaires anthropiques terrestres :

...l’ONU a créé le 23 octobre 1956 l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (International Atomic Energy Agency) qui dans son article deuxième stipule :

« L’Agence s’efforce de hâter et d’accroître la contribution de l’énergie atomique à la PAIX, la SANTÉ et la PROSPÉRITÉ dans le MONDE ENTIER »...

(Source : http://sanurezo.org/spip.php?article47)

Que pouvons-nous faire ? :

Il faut créer un groupe inter populaire, indépendant de tous les criminels États-nations et de toutes les criminelles fédérations transnationales, pour aller faire des mesures à Kalynivka, à 175 km au sud-ouest de Kiev, et sur le site de Maïak, à 72 km au nord de la ville de Tcheliabinsk, en fédération de Russie. Il faut que ce groupe soit constitué exclusivement de personnes qualifiées n’appartenant pas aux territoires contaminés par le ruthénium-106.

Roger Nymo

Il faudrait aussi allouer un budget équivalent à plusieurs millions d’euros par an à l’Institut BELRAD, pour que la radioprotection des populations européennes Biélorusses, qui subissent depuis des décennies 75% des conséquences mortifères de l’explosion du réacteur nucléaire militaire RBMK n°4, de la centrale Lénine de Tchernobyl, ne dépendent plus de la limitée et précaire charité de donateurs privés ou associatifs, contrairement aux entreprises de travaux publics, qui sont grassement financées par les promoteurs et les accompagnateurs du criminel lobby nucléaire planétaire, pour fabriquer de pharaonique et médiatique sarcophage coulissant.

Tous les abominables crimes des États-nations exigent réparations !

Jusques à quand ?



En France, si un jeune, syndicaliste ou non, est accusé, à tort ou à raison, d’avoir participé à un groupe de casseurs anticapitalistes, lors d’une manifestation contre le durcissement de l’esclavage salarial, il est VITE livré, à l’application du droit bourgeois, qui « in fine » rend la protection des biens prioritaire sur la protection des personnes.


JPEG - 360.2 ko
Cliquez pour nous rejoindre.

En ce qui concerne le glyphosate, on en reprend pour cinq ans, sans appel !

Merci l’U.E. que nous avons rejeté par référendum le 29 mai 2005 ?

Cela ne perturbe en rien la compassion de Saint Macron et la sérénité légendaire de Saint Mélenchon, nos deux prophètes médiatiques locaux de la Sainte Croissance.

L’un ne reconnaitra jamais les résultats du référendum qui rattache la Crimée à la fédération de Russie, l’autre considère qu’il n’y a jamais eu de catastrophe nucléaire sur le territoire français.

Qu’ils soient rassurés, nous allons bientôt faire des régularisations rétroactives, comme le fait actuellement EDF avec ses abonnés, par application réglementaire (légale ?) de la double peine nucléaire nationale.

Vont-ils être obligés de se séparer de la totalité de leurs biens mal acquis, pour payer une partie de la part financière des conséquences sanitaires et sociales de leurs criminels mensonges ?

Risquent-ils d’être condamnés à vie à du travail d’intérêt général, pour toutes les vies abîmées voire perdues, en réparation partielle des conséquences sanitaires mortifères de leurs complicités, passives ou actives, vis à vis de tous les lucratifs empoisonnements publics.

Pour le moment, la pauvreté est un crime contre la prospérité, aider des pauvres, c’est se rendre sciemment complices prémédités des ennemis de la République du MEDEF en marche vers plus de profits. La récidive est malheureusement une circonstance aggravante :

...La Police Municipale de Toulouse verbalise l’équipe du Secours Populaire de Toulouse qui depuis 34 ans offre tous les dimanches matin de l’année, Place du Salin, des petits déjeuners aux personnes en grande précarité ! ...

(Source : https://blogs.mediapart.fr/kiki-pue...)

Les nuisibles sociétés de productions industrielles seront mortes depuis des lustres, que les conséquences mortelles des pillages-gaspillages, dont elles sont responsables, retentiront pour les siècles des siècles.

La production d’aluminium primaire est un gaspillage énergétique total qu’il faut arrêter, ainsi que les notables à qui elle profite.

Des nouvelles d’Eric Pététin, alias l’Indien, alias Pétof :

Le 23 novembre 2017, il était convoqué au tribunal de Pau par le JAP (Juge d’Application des Peines), l’entretien a été très chaleureux, selon ce que m’a dit au téléphone Pétof.

Il a pu négocier des conditions de paiement pour ses jours amendes en souffrance et aussi par rapport à ses dettes amendes avec la SNCF.

En ce qui concerne les 6 mois de prison ferme liés à sa condamnation parisienne de fin 2015, il sera convoqué ultérieurement, pour négocier avec le SPIP (Service de Probation Pénitentiaire) un aménagement de celle-ci en 2 mois de TIG (Travaux d’Intérêt Général).

Il a terminé son appel en remerciant toutes les personnes qui soutiennent la ZAD d’Oloron-Sainte-Marie, et en réaffirmant sa volonté insubordonnée et non violente de s’opposer aux destructions préméditées de notre biosphère :

¡ No pasarán ! ZAD partout !

L’avenir nous appartient, il ne dépend que de nous, les véritables changements ne viennent pas des urnes ou de la rue, ils viennent du cœur des vivants.

N’ayez pas peur.

Amitiés Solidaires & AntiNUcléaires.

P.S. : Les mots dits font du bien.

Voir en ligne : Pierre Merejkowsky, alias Merej.

Répondre à cet article