Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Vigilance citoyenne > Le film l’Assemblée de Mariana Otero est minimum garanti

Le film l’Assemblée de Mariana Otero est minimum garanti

Au pas, au trot, Otero

vendredi 26 janvier 2018, par Pierre Merejkowsky, Roger NYMO

A propos du film « l’Assemblée » de Mariana Otero, tourné pendant le mouvement Nuit Debout, Place de la République, à Paris, en 2017.



OBJET : > Re : projection de l’Assemblée à Lille > > DATE : 25.01.2018 18:06 > > DE : > Adrien BOURSOT > > À :

> Merci de l’intérêt porté pour le film de Mariana Otero. Une projection

> au cinéma l’Univers de Lille suivie d’un débat est envisageable.

> Cependant pour des projections uniques nous procédons à un taux de

> location de 50% avec un petit MG de 60EUR pour couvrir nos frais de

> sortie de stock et d’envoi.

>

> J’attends de vos nouvelles pour la suite.

> Merci.

>

> Bien à vous,

>

> Adrien BOURSOT

> Programmation & Festivals

> EPICENTRE FILMS - 55 rue de la Mare - 75020 PARIS

> Tél. +33 (0)1 43 49 03 03 * Fax : +33 (0)1 43 49 03 23

> www.epicentrefilms.com

>

(Note de Pierre Merejkowsky : MG signifie minimum garanti de 60 euros à verser en plus des 50 pour cent de recette)

Le film l’Assemblée de Mariana Otero à entrée payante a pour sujet une des commissions de Nuit Debout.

C’est à dire le réel constaté par les chercheurs sociologues , les Temps Modernes et les médias dominants.

L’acte collectif cinématographique, ou non cinématographique, désintéressé n’existe pas pour Mariane Otero, pour les sociologues chercheurs et les médias dominants.

L’acte hors commission, pour eux, étant invisible dans l’immédiateté, il est une illusion d’optique, vaine et débile.

Le système de production/distribution, CNC-ACID-Pathé-Cinéma, a apporté son soutien financier à l’Assemblée, parce qu’il renforce le discours dominant de l’échec de toute forme d’autoorganisation, puisque pour notre système d’exploitation, l’autoorganisation ne peut pas être entrée payante et commissions (CNC-Acid ou autres...)

Pierre Merejkowsky


JPEG - 185.1 ko
Jérusalem est la capitale des Marx Brothers.

Cette gauche républicaine, cette gauche électoraliste, cette gauche affairiste, cette gauche machiste, cette gauche nécrophage, cette gauche antisémite, cette gauche préfectorale, cette gauche militariste, cette gauche néocolonialiste, cette gauche réaliste, cette gauche productiviste, cette gauche industrielle, cette gauche salariale, cette gauche nationaliste, cette gauche embourgeoisée, qui se coiffe d’un bonnet phrygien à la veille de toutes les dates du calendrier électoral de la dictature ploutocratique, nationaliste, nucléaro-industrielle, qu’est la cinquième République.

Cette gauche de privilégiés, qui appelle, à travers les criminels discours convenus, formatés et consensuels de ses têtes de pont intellectuelles, artistiques, parfois prétendument anarchistes, à voter utilement pour les leaders autoproclamés de ses chapelles politiques, ou mieux/pire, à faire échec à la concurrence électoraliste fasciste.

Cette gauche n’a que du mépris pour tout ce qui n’entre pas dans son modèle économique entrepreneurial et libéral, cette gauche qui entretient des bataillons d’affidés associatifs, de subventionnés, d’encartés serviles, prompts à rassembler, les gens, les masses, le peuple, derrière leurs bannières roses, vertes, rouges, bleues, insoumises, debout, en marche, et leurs incontournables chefs bien aimés.

Cette gauche qui na jamais supprimé le 49-3, qui n’a jamais constitutionnalisé le vote de tous les résidents, qui n’a jamais mis fin au scandale antidémocratique des découpages électoraux, qui n’a jamais reconnu le vote blanc, qui a assassiné pour permettre le développement des arsenaux terroristes thermonucléaires nationaux, qu’elle n’a, bien sûr, jamais envisagé de démanteler, qui n’a jamais donné l’autogestion totale des territoires non métropolitains aux populations qui y vivent.

Cette abominable et vraie gauche française, qui fait la promotion institutionnelle des pires crapules patronales et footballistiques, cette vraie gauche française qui se réjouit quand des entreprises nationales d’armement remplissent leurs carnets de commande.

Cette gauche audiovisuelle et ses omissions systématiques, ses coups de cœur pour les exploitants agricoles de l’union européenne, qui gagnent plus d’euros avec une éolienne industrielle installée sur leur propriété foncière, que grâce à la vente du lait de leur cheptel de bovidés, ses coups de gueules documentaires contre l’agrochimie américaine et sa cécité opportune sur les raisons de la disparition du principal prédateur naturel des chenilles processionnaires européennes.

Cette vraie gauche française et son absence de discernement, lorsqu’elle relaie complaisamment des discours confessionnels au sujet de la dangereuse servilité heureuse, voire les thèses électoralistes d’extrême droite concernant le tirage au sort des élus mandatés, cette vraie gauche française, qui ne peut apporter son soutien inconditionnel à la famille d’une victime du racisme institutionnel français, cette vraie gauche française, qui trouve légitimes et démocratiques les réunions d’assemblées, où la race et le sexe deviennent des critères anticonstitutionnels recevables d’adhésion ou d’exclusion.

Cette vraie gauche française, de copropriétaires, de fonctionnaires salariés, d’industriels et de notables, est totalement incapable d’imaginer, voire de comprendre, le monde en train de naître hors de ses pas oiseux, aux seins d’expulsables zones autogérées.

Cette vraie gauche française, qui osait demander aux résistants chiliens, durant la dictature de Pinochet, d’arrêter de brûler des automobiles françaises !

Ne jamais voter, pour toutes ses criminelles crapules et leurs complices, peut vous éviter d’avoir les mains sales.

Malheureusement, pour la nausée, il n’y a aucune solution miraculeuse.

La République est morte, vive les peuples insubordonnés !

Amitiés fraternelles, Solidaires & AntiNUcléaires.

Pierre Roullier, alias Roger Nymo




P.S. : Circulez ! Y’a rien à dire.

Voir en ligne : Marina Otero et est nuitdebout

Répondre à cet article