Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Vigilance citoyenne > 3 ans qui ne Yémen à rien ?

3 ans qui ne Yémen à rien ?

Être ou ne pas être ressource ?

samedi 29 septembre 2018, par Le CA du Réseau Zéro Nucléaire, Roger NYMO

« Vous ne serez pas décapités, » dit Alice ; et elle les mit dans un grand pot à fleurs qui se trouvait près de là. Les trois soldats errèrent de côté et d’autre, pendant une ou deux minutes, pour les chercher, puis s’en allèrent tranquillement rejoindre les autres (...) « Comment savez-vous que je suis folle ? » demanda Alice. « Il faut croire que vous l’êtes, répondit le Chat ; sinon, vous ne seriez pas venue ici. »

Charles Lutwidge Dodgson, alias Lewis Carroll (1832 - 1898), « Alice au pays des merveilles », traduction par Henri Bué, Macmillan, 1869.

« Le monde de la bagnole, du nucléaire et des trains à grande vitesse est un monde de fous criminels. »

Pierre Roullier, surnommé Roger Nymo (1960 - 2XXX)


JPEG - 567.9 ko
Frédérique Teuma

J’ai, depuis plusieurs mois, fait le choix de quitter le réseau social facebook, je n’ai pu malheureusement accéder à ma messagerie de téléphone portable qu’hier.

Ne vous inquiétez pas, ma santé connaît toujours des hauts et des bas, mais je suis bien accompagnée.

J’ai bon moral, j’espère pouvoir venir vous rejoindre un prochain jeudi, sur la place de la République, à Paris.

Passe le bonjour à toutes les personnes, qui tous les jeudis, sans aucune exception, depuis bientôt trois années, exigent les libérations des jeunes prisonniers politiques saoudiens et militent de manière non violente et persévérante pour l’abolition universelle et définitive de la peine de mort.

Celles et ceux qui font l’Histoire sont majoritairement anonymes.

Uni-e-s pour la vie.

Frédérique Teuma, le 21 septembre 2018 par SMS.


JPEG - 439.8 ko
Cliquez sur l’image ci-dessus pour accéder au fichier PDF de celle-ci.

Voici ce que j’écrivais à ce sujet le 6 janvier 2016 :


JPEG - 285.8 ko
L’UE respecte et permet le rétablissement de la peine de mort.

...Actuellement une Force de Gendarmerie Européenne est mise en place par le Reich intergouvernemental de l’UE, pour pouvoir gérer de manière musclée les désaccords entre les peuples et leurs gouvernances locales.

C’est un impérieux devoir citoyen que de se mobiliser, pour défendre de manière non violente, nos droits et nos vies.

La défense non violente active de la durable viabilité des territoires auxquels nous appartenons est un des fondements des véritables luttes écologistes...

(Source : http://www.sanurezo.org/spip.php?ar...)


JPEG - 374.7 ko
Finis ton glyphosate ou je lâche mes néo-nazis !

En ce qui concerne la peine de mort, voici ce que prévoit le traité de Lisbonne, ratifié en 2008 par les collabos du Sénat français et de l’Assemblée Nationale française en négation du vital choix régalien référendaire du peuple français effectué démocratiquement le 29 mai 2005 :

...l’article 2, paragraphe 2, de la CEDH :

« La mort n’est pas considérée comme infligée en violation de cet article dans les cas où elle résulterait d’un recours à la force rendu absolument nécessaire :

a) pour assurer la défense de toute personne contre la violence illégale ;

b) pour effectuer une arrestation régulière ou pour empêcher l’évasion d’une personne régulièrement détenue ;

c) pour réprimer, conformément à la loi, une émeute ou une insurrection. »

l’article 2 du protocole no 6 annexé à la CEDH :

« Un État peut prévoir dans sa législation la peine de mort pour des actes commis en temps de guerre ou de danger imminent de guerre ; une telle peine ne sera appliquée que dans les cas prévus par cette législation et conformément à ses dispositions ... »...

(Source : https://eur-lex.europa.eu/legal-con...)

Ces commissaires intergouvernementaux non élus sont de criminelles crapules assumées ; comme mesdames Le Pen et Rivasi, comme messieurs Collomb, Ruffin, Coquerel et Mélenchon, ils considèrent que la violence législative est acceptable, même si les lois ne sont pas les résultats de processus démocratiques, mais uniquement de nuisibles sous-produits d’une obéissance constitutionnelle aveugle, voire d’une respectueuse subordination institutionnelle.

Ils sont néanmoins différents des policiers et des gendarmes qui raflaient les juifs durant l’occupation, ils n’obéissent pas à des ordres, ils font partie des donneurs d’ordres ou de celles et ceux qui accordent un crédit démocratique à un système qui permet par décrets et ordonnances de gouverner sans la représentation nationale, ils collaborent ainsi quotidiennement à la résilience électorale de cet inique système et professent qu’il est heureux que vous lui obéissiez, car dans le cas contraire, ils vous promettent le chaos. Ils nourrissent l’espoir que vous les élisiez, un jour, donneur d’ordre suprême, prince-président-dictateur.

Ces infâmes crapules véhiculent le mortel mythe paternaliste du bon chef, ils sont les avatars de tous les sympathiques tyrans familiaux, ils sont les résultats pervers d’une éducation nationale, où, dès leur plus jeune âge, ils ont été formatés dans la confusion de l’autorité déléguée par élection avec l’autorité réelle, celle que confèrent compétence et expérience.

A bas les chefs de classe, à bas les professeurs principaux, à bas les chefs d’établissement.

La violence légitime n’existe pas, seule existe la légitime défense contre toutes violences, légales ou illégales.

A bas les matraques.

La séquestration d’un être vivant est un crime contre sa liberté de circulation, que la séquestration soit légale ou non.

A bas les matons.

La censure est un crime contre la liberté d’expression, elle est le terreau de toutes les émeutes et de toutes les insurrections, elle est donc la mère de toutes les sanguinaires répressions, qu’elles soient légales ou non !

A bas les censeurs.

Vouloir être libre de ses mouvements corporels et de son expression spirituelle ne doit jamais être considéré comme un crime pouvant relever de la suppression de notre bien le plus précieux, notre vie, par des autorités, qu’elles soient légales ou non.

A bas l’autorité déléguée.

A bas les élections.

Comme le disait justement Isaac Jacob alias Pierre Dac :

Toutes les opinions ne sont pas respectables, c’est mon opinion, respectez là.

Les opinons, qui fondent les lois que rédigent les commissaires nommés par les États-nations membres de l’antidémocratique gouvernance de l’union européenne, ne sont pas respectables. C’est mon opinion.

La concurrence et la compétition n’engendrent jamais la solidarité !

A bas la concurrence.

A bas la compétition.

Qu’une criminelle crapule, qui affame et bombarde des populations civiles, puisse acquérir légalement une demeure de plusieurs centaines de millions d’euros, sur les territoires que j’aime, en effectuant cette acquisition à travers une société basée au Luxembourg, pour échapper légalement aux droits de mutation, vous permet d’avoir un aperçu assez précis de ce que la légalité est à la justice.

Les criminelles crapules non élues, ou cooptées par de grands électeurs, qui nous imposent des violences légales, osent toujours nous les présenter comme des violences légitimes !

A bas les sénateurs.

Dans la région de Strasbourg, les élus locaux devraient de toute urgence lire la constitution de 1958, afin de comprendre qu’ils sont légalement subordonnés aux décisions préfectorales, décisions prises par des personnes non élues, nommées par le gouvernement, comme les commissaires législateurs de l’abominable gouvernance de l’union européenne.

A bas les préfets.

A bas l’union européenne.

3 années de rassemblements hebdomadaires parisiens, sans aucune exception, tous les jeudis, pendant une heure, pour l’abolition définitive et universelle de la peine de mort.

3 années de rassemblements hebdomadaires parisiens, sans aucune exception, tous les jeudis, pendant une heure, pour les libérations immédiates de jeunes prisonniers politiques saoudiens, condamnés à être décapités, puis leurs corps crucifiés en public, jusqu’à pourrissement de leurs chairs.

3 années à subir régulièrement les infectes propagandes électorales de tous les impuissants larbins constitutionnels de l’inique cinquième République française et de tous les partisans et collaborateurs de l’abominable union européenne.


JPEG - 280.3 ko
Cliquez sur l’image ci-dessus pour rejoindre la page évènement facebook de notre hommage insubordonné et non violent à Rémi Fraisse.

...Une grenade offensive pourrait avoir tué Rémi Fraisse. Quels types de grenade les forces de l’ordre utilisent-elles ? Peuvent-elles à elles seules expliquer la mort du jeune militant sur le barrage de Sivens ?...

(Source : https://www.nouvelobs.com/societe/2...)

Une grenade pourrait tuer, comme un journaliste pourrait informer ?

A bas l’information au conditionnel.

Les morts de Rémi Fraisse et de Amjad al-Moaybid ne sont malheureusement pas conditionnelles, contrairement à notre liberté d’expression.

Les personnes qui pensent que c’est une grenade qui a tué Rémi Fraisse sont malheureusement aussi stupides que celles qui pensent que l’actuel président de la République est la source de toutes les actuelles régressions sanitaires et sociales.

C’est un militaire qui a tué Rémi Fraisse en obéissant à des ordres, c’est l’inique constitution de 1958 qui est une constitution dictatoriale.

Vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas, vous ne pourrez plus soutenir la criminelle crapule qui vend des armes à de criminels tyrans et vous prétendre démocrates et modérés.

Vous ne pourrez plus soutenir la criminelle crapule qui nomment comme premier ministre un transfuge d’une société privée d’empoisonneurs publics et prétendre lutter contre les mortelles et durables conséquences de toutes les activités nucléaires.

Vous ne pourrez plus dénoncer la criminelle crapule qui crée légalement les conditions profitables des chaos sanitaires et sociaux à venir et collaborer à des élections constitutionnellement antidémocratiques en prétendant défendre l’intérêt général commun.

A bas la cinquième République.

A bas les présidents.

Il ne s’est rien passé à Malvési, le 19 septembre dernier. Comme d’habitude, les mesures d’urgence, au niveau de notre radioprotection, attendront la fin de l’enquête et son inévitable non lieu.


JPEG - 405.8 ko
Cliquez sur l’image ci-dessus pour rejoindre la page évènement facebook du troisième anniversaire de nos rassemblements hebdomadaires « Mille et un jeudis pour sauver Ali, Abdullah et Dawood ».

Nos vies sont entre les mains de Total, Vinci, Orano...

...mais heureusement la résistance insubordonnée, non violente et active ne lâche RIEN.

A bas les entreprises nationales, internationales et transnationales.

A bas les États-nations.

Vive un monde post-industriel de communes libres mutualisées.

Amitiés fraternelles, Solidaires & AntiNUcléaires.

Pierre Roullier, alias Roger Nymo

P.S. :

C’est la pétition de la dernière chance pour Monsieur Léonard Peltier, signons la en masse.

Exigeons sa libération, cet innocent aimerait pouvoir embrasser ses proches avant de rejoindre ses ancêtres :


JPEG - 377.1 ko
Cliquez sur l’image ci-dessus pour accéder à la pétition exigeant la libération immédiate de Monsieur Léonard Peltier, innocent autochtone, séquestré depuis 43 ans au « Pays de la Liberté ».

Voir en ligne : Mille et un jeudis pour sauver Ali, Abdullah et Dawood.

Documents joints

Répondre à cet article