Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Vigilance citoyenne > NOUS VOULONS VIVRE

NOUS VOULONS VIVRE

Impasse Verte Garantie

dimanche 4 novembre 2018, par Le CA du Réseau Zéro Nucléaire, Roger NYMO

« Rien n’est plus proche du vrai que le faux. »

Albert Einstein, génie (1879 - 1955) « Comment je vois le monde »

« Les fumées de chlore sont vertes et mortelles. »

Roger Nymo, anarchiste non violent (1960 - 2XXX)

J’ai des ami-e-s, qui, dans le cadre de leurs fonctionnements normaux, ne peuvent pas s’empêcher de me signaler que j’ai un urgent besoin de mise à jour, d’après eux, je fonctionne avec un vieux logiciel.

Cette mise à jour me permettrait d’atteindre le bonheur d’une totale intégration nationale, par la ludique liberté d’entreprendre, grâce à la légalité de privilèges acquis, par mon mérite et/ou par mon talent, au sein des élites républicaines élues ou cooptées fraternellement.

Voici mes réponses d’être humain :

1) Je ne fonctionne pas.

2) Je préfère être seul plutôt que d’appartenir à un clan, une famille, une loge, une mafia.

Voici ma question d’être humain, français malgré lui :

1) La République française n’a-t’elle pas pour origine l’abolition de tous les privilèges ?

Lorsque la promiscuité grégaire d’un groupe devient le gage affectif, psychologique, éthologique, d’une illusoire sécurité, la victoire du faux sur le vrai est acquise.

La porte est ouverte à tous les dangereux oxymores :

Soldat de la paix.

Banque éthique.

Industrie citoyenne.

Commerce équitable.

Développement durable.

Grâce à ces criminels et sournois « messonges » (messages-mensonges), l’actuel fascisme mondialisé à visage humain, a progressivement substitué aux démocraties parlementaires représentatives, des gouvernances participatives, qu’elles soient dynastiques, par élection, par cooptation ou par un savant mélange des trois ingrédients précédemment cités.


JPEG - 228.5 ko
NOUS VOULONS VIVRE

Cette substitution est philosophique, voire théologique, le bien être se substitue au bien, et le miséreux au mal.

C’est ainsi que les sociétés fascistes auto-justifient les privilèges qu’elles accordent aux plus méritant-e-s (serviles ?). Cette discrimination positive institutionnelle, publique et/ou privée, est la véritable source de toutes les exclusions institutionnelles, publiques et/ou privées, source de la criminalisation de tous les exclus, en tant qu’agents pathogènes responsables de l’extension du mal, qu’il faudra, un jour ou l’autre, mais le plus tôt sera le mieux, éradiquer !

Le fasciste éradique les miséreux, plutôt que combattre la misère, car la misère du nombre est la condition du luxe de ses maîtres et le miséreux son pire ennemi potentiel.

Il s’agit là d’une utilisation artificielle, raisonnée, perverse, politique, des bases naturelles de notre éthologie de grand primate, la peur de l’exclusion et la peur de manquer.

Ces peurs, sources de la naturelle solidarité spéciste et inter-espèces, sont dévoyées et métamorphosées en armes par toutes les formes d’impérialismes, ces peurs sont mises au service de toutes les violentes dominations, de tous les fascismes.

Il est donc impératif, voire vital, de financer grassement les actions de tous les violents prosélytes nationalistes et/ou confessionnels, pour transformer l’œuf xénophobe en larve raciste, puis en imago fasciste.

Ensuite, le rôle des leaders politiques consiste à indiquer aux fascistes, qui sont les nuisibles groupes d’êtres vivants, sources de tous les malheurs nationaux, internationaux, voire intergalactiques.

La finance juive, les roms (voleurs de poules), les noirs, le péril jaune, les islamistes, les zadistes, restent d’opportuns boucs émissaires pour tous les nervis fascistes (communistes ou capitalistes) de la croissance militaro-industrielle continue des profits.

Des crimes sanguinaires sont régulièrement indispensables à l’entretien médiatique de la terreur, elle même nécessaire à l’adhésion des peuples aux solutions bureaucratiques, autoritaires et liberticides, des bons leaders paternalistes.

Que la gauche nationale de souche puisse considérer que l’Amérique du sud est latine, n’a malheureusement strictement rien d’étonnant.

Que la gauche nationale agricole puisse accorder du crédit (agricole ?) aux pesticides naturels tout en maudissant les pesticides de synthèse, n’a malheureusement strictement rien d’étonnant.

Que la gauche nationale internationaliste puisse présenter des listes de candidat-e-s aux échéances électorales de l’union européenne, en mai 2019, n’a malheureusement strictement rien d’étonnant.

Que Monsieur Fabrice Nicoquelicot puisse espérer substituer au salutaire boycott de l’inique échéance électorale de mai 2019, un opportun mouvement électoraliste de « colibris-bobos-debout », n’a malheureusement strictement rien d’étonnant.

La suppression de la hiérarchie des normes, c’est l’UE.

La disparition des services publics au sein d’une nuisible et biaisée concurrence obligatoire généralisée, c’est l’UE.

L’imposition de criminelles pratiques agraires, industrielles et subventionnées, c’est l’UE.

Les bons trains nucléaires civils à grande vitesse et l’acceptable mauvais nucléaire militaire, c’est l’UE.

Le refus de la démocratie locale par référendum, c’est encore l’UE.


JPEG - 374.7 ko
STOP, c’est STOP et NON, c’est NON.

Dans les cadres d’une dictature constitutionnelle nationale et d’une gouvernance militaro-industrielle transnationale, voter, c’est trahir la démocratie et les vitaux intérêts des peuples et des territoires auxquels ils appartiennent.

Amitiés fraternelles, Solidaires & AntiNUcléaires.

Pierre Roullier, alias Roger Nymo

P.S. :



Pétof a besoin de votre soutien moral, vous pouvez lui apporter celui-ci téléphoniquement, en l’appelant au :

05 59 80 95 87

Tous les jours de 16h00 à 18h30.

Voir en ligne : LES JEÛNEURS VIGILANTS DE TAVERNY

Répondre à cet article