Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Vigilance citoyenne > Pouvoir d’acheter contre Libertés vendues

Pouvoir d’acheter contre Libertés vendues

Le travail des pauvres rend les riches libres

vendredi 7 décembre 2018, par Roger NYMO

« Les « Gilets Jaunes » sont aux élections 2019 de l’union européenne, ce que furent les « Nuits Debout » aux élections présidentielles de 2017. »

R.N.

Les homophobes et les racistes ostentatoires étaient chassés des « Nuits Debout », il ne restait que la sournoise xénophobie néocoloniale républicaine et les présidentialistes homophobes de gauche à poils durs, ceux qui, la roteuse à la main, ne peuvent être confondus avec des drogués, des gauchistes, voire des zadistes.

…Bien sûr, il y a eu des propos et des gestes homophobes et racistes au sein des gilets jaunes, mais depuis quand ces médias et ces « politiques » se soucient du racisme et de l’homophobie ?...

(Source : https://www.lesinrocks.com/2018/12/...)

Avec ce « Bien sûr », c’est toute la gauche libérale nationale qui prend la parole, comme il lui arrive parfois de « prendre » le pouvoir par les urnes, pour poursuivre la politique des militaires et des industriels, la politique de ceux qui financent, sans aucun parti pris, tous les acteurs de toutes les mascarades antidémocratiques, et néanmoins constitutionnelles, essentielles à la résilience de l’autorité légitime des chefs.

Cette gauche veut donner un caractère d’évidence inéluctable à des comportements, que, bien sûr, elle condamne, avec la fermeté-molle des chiens de garde de la province française de l’union européenne, avec la compréhension-inflexible des douaniers de la cinquième République française :

« La France ne peut accueillir toute la misère du monde, mais elle doit en prendre sa part. »

(Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Fr....)

L’injonction faite aux pauvres, par les médias et les politiques, de se taire, s’applique-t-elle aux assassinats de messieurs Rémi Fraisse et Adama Traoré, par des militaires français, sous une présidence estampillée socialiste de souche, comme ont été assassinés, dans le cadre de la guerre mondialisée contre le terrorisme, plusieurs dizaines de citoyens français, à l’étranger, de manière « extrajudiciaire » ?

Que faisons-nous de cette part là ?

Si nous prenons cette part avec nous, cette injonction doit-elle être « comprise » comme étant intrinsèque au régime monarchique constitutionnel et absolu, par élection, de l’inique cinquième République française néocoloniale ?

Quid des profits privés réalisés grâce à des ventes d’armes nationales, qui permettent d’affamer les populations du pays le plus pauvre du monde, et de « bénéficier opportunément » de quelques attentats terroristes collatéraux, tout cela pour du pétrole bon marché ?

Devra-t-on encore, par médias et politiques interposés, croire que le problème est monsieur Macron et que la solution est donc la démission de monsieur Macron ?

Le véritable mépris n’est-il pas de faire un cadeau d’un demi milliard d’euros annuel, à partir de 2020, au lobby européen des transporteurs routiers, au détriment du financement des futures infrastructures ferroviaires ?

Le véritable mépris n’est-il pas d’appeler les cheminots à rejoindre le mouvement des gilets jaunes, dont les revendications sont antinomiques avec l’intérêt général, avec la réduction des transports routiers, avec la réduction de notre dépendance agro-militaro-industrielle à toutes les énergies fossiles et donc antinomiques avec le respect de notre bien commun :

La biosphère ?


JPEG - 396.5 ko
Plus d’infos en cliquant sur l’image ci-dessus.

Ce violent merchandising pseudo-révolutionnaire a des relents nauséabonds de campagne publicitaire d’enseignes de grande distribution discount.

« Le consom’acteur » a-t-il réduit les revendications citoyennes à des tropismes conformistes d’œsophages en colère ?

Il va nous falloir vivre mieux, avec moins.

Moins de matières premières et d’énergies non renouvelables, moins de pathologies mortelles industriellement induites, travailler moins, pour produire moins, pour consommer moins, pour vivre plus et mieux.

Un monde de partage du travail et de ses fruits, où les gains économiques de productivité sont mis au service des êtres vivants et du respect de tous les biotopes, plutôt qu’à l’accumulation transnationale de caillots capitalistes, dans les artères du commerce international , victimes de la spéculation et de son corollaire, les mortelles dettes tumorales.

100 000 personnes meurent de faim, en moyenne, tous les jours.

Vivre simplement, pour que d’autres puissent simplement vivre.

Mohandas Karamchand Gandhi, avocat (1869 - 1948)

Les gilets jaunes, ce n’est pas uniquement la gauche libérale nationale qui prend la parole, c’est le nationalisme qui retrouve droit de cité.

Ce sont les dangereux mensonges de la sobriété heureuse, sans accès au logement pour toutes et tous ou à la terre garantie sans contaminations, ce sont les entreprises citoyennes et écoresponsables, les banques éthiques, les soldats de la paix, la dissuasion nucléaire, les compteurs communicants, l’union pré-électorale et péremptoire contre l’évasion fiscale, l’union dans le culte républicain du mérite des hommes et des femmes providentiel-le-s, des leaders, de ceux que l’on « Panthéonise », les « Victor », les « Marie », plein d’ego aristocratique républicain et pleine de grâce nucléophile. Les cocardiers, qui profanent du chant d’horreur d’une « Marseillaise », les chairs à patrons fusillées, pour le respect de l’exemplarité républicaine de l’autorité terroriste absolue.

« Nuits Debout » ou « Gilets Jaunes » sont comme l’actuel président Emmanuel Macron, ils ne sont ni de droite, ni de gauche, ils pensent que la violence qu’ils subissent est illégitime.

C’est le seul point au sujet duquel je suis en accord avec l’actuel président de la cinquième République française et les mouvements « Nuits Debout » et « Gilets Jaunes », il n’existe pas de violences légitimes, pas plus qu’il n’existe de bonnes guerres, civiles ou non.

Il n’existe que de la légitime défense, à la seule condition légale qu’elle soit proportionnée.

Nous devons refuser toutes les violences faites aux êtres vivants (coups et humiliations) et les dissocier des dégâts uniquement matériels.

L’agression physique doit être fermement condamnée, elle doit être considérée comme totalement inacceptable, d’où qu’elle vienne, nous devons catégoriquement refuser, que de manière assermentée ou contractuelle, des personnes puissent s’arroger le droit d’humilier, de blesser, de mutiler, de tuer, que ce soit individuellement ou en groupe.

Les Gilets Jaunes qui agressent physiquement ou menacent des journalistes, ne valent guère mieux que les dangereux leaders populistes des mouvements nationalistes « France Insoumise » ou « Rassemblement National ».

Les êtres qui fuient la terreur commerciale mondialisée ne sont rien, pour tous les sanguinaires monstres normalisateurs, que sont les États-nations, pour leurs armées de métier et pour leurs sacro-saintes Banques Centrales.

L’extrême droite nationaliste allemande ne s’y trompe pas, comme le député Ruffin, elle appelle à porter des gilets jaunes en solidarité avec les citoyens français.

Ce dangereux virus, du péril jaune nationaliste, a pour origine le laboratoire lobbyiste de l’union européenne.


JPEG - 374.7 ko
Plus d’infos en cliquant sur l’image ci-dessus.

Une hygiène politique « a-partisane » peut nous éviter la contagion « noosphérique », en ce qui concerne la nausée, elle est malheureusement incontournable, comme le sont les nauséabondes propagandes, qui vont s’épaissir et se répandre sur les peuples européens, jusqu’au printemps prochain.

Amitiés fraternelles, Solidaires & AntiNUcléaires.

Pierre Roullier, alias Roger Nymo

P.S. : Remplacez « international » par « inter-populaire », sinon, pour tout le reste, rien n’est à jeter.



Voir en ligne : Solidarité avec toutes les victimes de l’inique état d’urgence

Répondre à cet article