Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > APPELS À DONS > Des bombes dans les boîtes à gants !

Des bombes dans les boîtes à gants !

Uranium et plutonium les deux mamelles d’AREVA

jeudi 28 avril 2011, par Roger NYMO

L’Atelier Technologique de Plutonium à Cadarache représente un terrible et prégnant danger pour notre pays.

Ingérer ou inhaler du plutonium ne pardonne pas ! Un millionième de gramme et notre santé est gravement compromise ...

Un tas de 200 grammes de plutonium et une réaction neutronique en chaîne (criticité) est inévitable !

Pourtant cet atelier dont la production de MOX (Mélange d’OXyde d’uranium et d’oxyde de plutonium) est stoppée pour non conformité parasismique en 2003, fait l’objet depuis mars 2009 d’un arrêté de démantèlement qui a révélé un écart très important entre les matières fissibles déclarées par l’exploitant et celles effectivement encore présentent sur le site.

L’ Autorité de Sureté Nucléaire constate que « le rapport d’étalonnage fait état d’une incertitude de mesure de plus de 48 % » et que « cette incertitude n’est pas prise en compte pour l’application des règles d’entreposage », règles qui imposent un écartement minimum entre les fûts entreposés pour éviter le risque de criticité.

Une telle gabegie est suicidaire dans le cadre du démantèlement d’une installation nucléaire, un recours a donc été déposé par le Collectif Anti-nucléaire 13, les Amis de la Terre France et des riverains pour la suspension/annulation du décret de démantèlement de l’ATPu de Cadarache.

Ce recours a été jugé recevable par le Conseil d’Etat.

Nous devons connaître les quantités exactes de plutonium détenues à l’ATPu et donc les risques auxquels nous sommes exposés à cause de l’absence de gestion sérieuse de matières hautement radioactives, radiotoxiques et donc potentiellement mortifères.

Le Juge des référés du Conseil d’Etat a rejeté, le 18 mars dernier, le recours déposé par le Collectif Anti-nucléaire 13, les Amis de la Terre France, et plusieurs riverains du centre CEA de Cadarache, qui demandaient la suspension en urgence du démantèlement de l’Atelier Technologique de Plutonium (ATPu).

Voici l’appel lancé par rapport aux suites à donner à cet important sujet :

"Bonjour,

Notre collectif a, en début d’année, saisi le Conseil d’Etat en référé pour demander l’annulation du démantèlement d’une installation nucléaire du CEA de Cadarache où nul, ni Areva, ni le CEA n’est en mesure de donner une estimation même approximative des stocks de plutonium en présence.

C’est vrai le plutonium c’est pas grave ... juste un petit risque de criticité (explosion) et de contamination interne.

Nous sommes une association de citoyens qui ne recevons aucune subvention de partis politiques ou autres et ne dépendons que de la bonne volonté des citoyens inquiets de la menace du nucléaire et qui refusent de déléguer leur lutte à des partis politiques ou des grandes ou petites ONG.

Nous ne recevons aucune aide financière du Réseau « Sortir du nucléaire » et n’en avons pas sollicitée pour les raisons ci-dessus.

Aujourd’hui, il nous manque environ 800 euros pour boucler notre facture d’avocat et poursuivre notre recours afin d’exiger le minimum de transparence dû aux riverains et aux salariés du CEA de Cadarache.

Toutes les contributions de soutien sont les bienvenues :

Rédigez votre chèque (inscrire au dos : recours ATPu) à l’ordre de :

Collectif Antinucléaire 13

Collectif Antinucléaire 13

71, rue Sénac

13001 Marseille

Isabelle TAITT pour le Collectif Antinucléaire 13"

Voir en ligne : Collectif Antinucléaire 13

Répondre à cet article