Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Arrêt autogéré du nucléaire > Pas de neutralité nucléaire !

Pas de neutralité nucléaire !

Le crime atomique à la barre.

vendredi 31 août 2012, par Le CA du Réseau Zéro Nucléaire

La lutte antinucléaire ne pourra être victorieuse qu’en étant juridique et internationale.

Comme Tchernobyl nous l’a malheureusement appris à nos dépends, nos frontières ne nous protègent en rien contre les conséquences sanitaires et sociales de l’abomination nucléaire planétaire.

Nos ami(e)s Suisses nous donnent un exemple citoyen de ce qu’il est possible de faire en Europe.

Merci à eux !

Mühleberg au tribunal :

LES CHOSES SERIEUSES COMMENCENT !

Tout a débuté avec une autorisation scandaleuse accordée à Mühleberg.

Le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et des communications (DETEC) a accordé fin 2009 une autorisation d’exploitation de Mühleberg illimitée dans le temps, sur demande des Forces motrices bernoises (FMB).

Plus de 100 voisins immédiats de la centrale ont alors déposé début 2010 un recours auprès du Tribunal administratif fédéral (TAF) contre cette autorisation d’exploitation illimitée.

En février de la même année l’association « Comité Mühleberg illimité non » a vu le jour, afin de soutenir financièrement et moralement les opposants.

Peu après les événements tragiques de Fukushima les opposants ont demandé au DETEC de retirer l’autorisation d’exploitation à la centrale nucléaire de Mühleberg.

Aujourd’hui, des centaines de particuliers, plus de 60 organisations ainsi que des villes et communes (entre autres Bâle, Berne, Bienne, Genève, Lausanne, Onex) soutiennent l’association.

Double victoire auprès du Tribunal administratif fédéral (TAF).

En 2012, nous avons gagné dans les deux procédures en cours. Le TAF a estimé en mars qu’en tant qu’autorité en charge de l’autorisation, le DETEC devait décider indépendamment de l’IFSN dans la procédure sur l’autorisation d’exploitation illimitée. Le TAF a annulé la décision du DETEC concernant l’autorisation d’exploitation illimitée dans le temps et a fixé un délai au 28 juin 2013.

D’ici là les FMB devront avoir soumis une nouvelle demande au DETEC comprenant un concept exhaustif d’entretien – en d’autres termes recommencer la procédure de demande d’autorisation.

Le DETEC devra avoir pris sa décision d’ici là, faute de quoi la centrale nucléaire ne disposera plus d’autorisation d’exploitation valide. Nous nous intéressons surtout au concept d’entretien exhaustif, car il est illusoire de s’imaginer pouvoir mettre au niveau technique cette vieille centrale.

En ce qui concerne l’autorisation d’exploitation illimitée dans le temps, les FMB ont recouru en mars 2012 auprès du Tribunal fédéral.

La décision finale dans cette procédure est attendue pour l’automne 2012.

Dans le cadre de la procédure sur le retrait de l’autorisation d’exploitation, le TAF a approuvé le recours et exigé du DETEC qu‘il analyse les questions de fond. Le DETEC doit donc examiner le bien-fondé de toutes les objections techniques formulées par les opposants, et prendre sa décision en se basant sur cette analyse.

Le TAF a renforcé sa décision en août 2012 dans la procédure sur le retrait de l’autorisation d’exploitation. Le TAF exige que le DETEC examine le fond de la demande de retirer l’autorisation d’exploitation.

Un automne qui s’annonce chaud !

Les FMB entendent défendre à tout prix leur centrale. À l’évidence, ils veulent exploiter Mühleberg le plus longtemps possible pour en retirer de juteux bénéfices.

Rien de plus compréhensible de la part d‘une société privée. Par contre, la perception qu’a le DETEC de sa tâche, a de quoi surprendre. Il estime que l’IFSN non seulement devrait lui livrer son expertise, mais aussi donner son évaluation, alors qu’il est, lui, l’autorité d’autorisation. Or, le TAF a justement reconnu que le DETEC devait évaluer le cas en toute indépendance et non reprendre l’évaluation de l’IFSN.

Si le recours du DETEC devait aboutir devant le Tribunal fédéral, l’IFSN statuerait tout seul sur les questions techniques et deviendrait souverain en matière d’autorisations pour les centrales nucléaires. Dans la présente procédure sur une autorisation d’exploitation à durée indéterminée (qui est en cours depuis 3 années), le DETEC n’a jamais tenu compte que de l’opinion de l’IFSN.

La centrale nucléaire à haut risque de Mühleberg doit être débranchée du réseau !

Personne n’ignore aujourd’hui que la centrale est dans un état déplorable.

Cette centrale de la première génération est identique à celle du réacteur 1 de Fukushima.

Les adversaires du nucléaire relevaient déjà avant la catastrophe de Fukushima des défauts majeurs : le refroidissement d’urgence, l’électricité d’appoint en cas d’urgence, la résistance face aux séismes, les risques d’inondation, la construction de l’enceinte de confinement et la division spatiale insuffisante ne correspondent même pas aux normes établies dans les années 1970.

Après les événements de Fukushima, même l’IFSN, pourtant très favorable aux exploitants de centrales nucléaires, a reconnu des défectuosités : par ex. une source pour refroidir le réacteur, indépendante de l’Aare, fait défaut. Il en est de même pour la piscine de stockage des barres de combustible. Malgré toutes ces évidences, les FMB attendent toujours pour réaliser ces mises à marche et arrêter la centrale !

Maintenant les choses sérieuses commencent : soutenez notre travail par un don ; donnez un signal fort et affiliez-vous au Comité Non à la prolongation de la centrale nucléaire de Mühleberg.

Si possible avec votre association et votre commune !


PDF - 3.8 Mo

Des milliers de personnes exigent l’arrêt de la centrale nucléaire de Mühleberg.

La large alliance englobant des organisations, des partis, des communautés territoriales et des particuliers représente des milliers d’individus qui luttent pour la mise hors service de la centrale de Mühleberg.

Devenez, vous aussi, membre :

Comité du 1er mai, Act now, Médecins en faveur de l’environnement, Agenda 21 Wohlen, Agir ensemble Suisse romande. Commune de Villarepos, Commune mixte de Lamboing, ContrAtom, Parti chrétien-social de Suisse, Parti chrétien-social du canton de Fribourg, Décroissance Berne, Écologie libérale, Ville de Bienne, Ville de Genève, Ville de Berne, Entremont Autremont, Fokus Anti-Atom, Femmes pour la paix Suisse, commune de Münchenbuchsee, Gewaltfreie Aktion Kaiseraugst GAK, GFL ville de Bern, GPB-DA, Greenpeace Suisse, Les Verts Argovie, Les Verts canton de Berne, Les Verts canton de Soleure, Les Verts Suisse, Les Verts Wohlen, Alliance Verte Bern, Les Verts libéraux Bienne, Incomindios, Jeunes Vert·e·s Neuchâtel, Jeunes Vert·e·s Vaud, Jeunes Vert·e·s valaisan·ne·s, Jeunesse socialiste vaudoise, Jeunes Verts Berne, Jeunes Verts Suisse, Jeunes Verts Soleure, Jeunes Verts Zurich, Jeunesse socialiste suisse, Jeunesse socialiste Wohlen, Kaib, La Fédération libertaire des Montagnes, Lago Lodge, Les Verts fribourgeois, Les Verts jurassiens, Les Verts neuchâtelois, Les Verts vaudois, NWA Argovie, NWA Suisse, NWA Soleure, ÖKO Gruppe Laupen et environs, Parti socialiste vaudois, Partu vert’libéral vaudois, Passerelle Bienne, PSR/ IPPNW Suisse, Religiös-Sozialistische Vereinigung Deutschschweiz, Réseau Zéro Nucléaire, SES Schweizerische Energie-Stiftung, Société Suisse pour l’Énergie solaire, Solarkraftwerk Wohlen, Sortir du nucléaire, PS Ferenbalm et environs, PS du canton de Berne, PS Schaffhouse, PS Suisse, TRAS Trinationaler Atomschutzverband, UDEQ, UDF Vaud, Les Verts genevois, Voralberger Plattform gegen Atomgefahren, WiderGsang, WWF Berne, WWF Vaud.

Voir en ligne : COMITÉ MÜHLEBERG-ILLIMITÉ- NON

Documents joints

Répondre à cet article