Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Vigilance citoyenne > Atout corium

Atout corium

Cœurs fondus ne sont pas disparus !

vendredi 14 septembre 2012, par Aline Pauchard, Le CA du Réseau Zéro Nucléaire, Roger NYMO

N’en doutons pas le nucléaire est une affaire de cœur très sérieuse à multiples rebondissements.

On nous affirme cette semaine dans le journal « Libération » qu’il n’y a rien à craindre de la piscine du réacteur nucléaire n° 4 de Fukushima Daiichi, ou plutôt de ce qu’il en reste.

Bien sûr pas un mot sur les 58 périls nucléaires français potentiels ...



Madame Anne Lauvergeon s’active en coulisse au service de nos diaboliques bouilloires nucléaires fournisseuses quasi exclusives de nos industries totalement dépendantes et quasiment en crise de manque à la seule évocation de l’hypothétique fermeture prochaine des deux antiques réacteurs nucléaires de la centrale de Fessenheim.

Aline Pauchard résiste et imagine une France ou l’information n’est plus le fait des princes de l’atome républicain.

Une France qui communique enfin sur les conséquences sanitaires et sociales de toutes ses installations nucléaires, sur son territoire et à travers le monde.

Après avoir interpellé par courriel ouvert Madame Delphine Batho notre actuelle Ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, elle a décidé d’écrire une lettre ouverte à Madame Ségolène Royal suite à l’immobilisme de l’actuel Président de la République, depuis son accession au pouvoir, face à l’expression libre de ses justes revendications :

Le 14 septembre 2012

Lettre ouverte à l’attention de Madame Marie-Ségolène Royal Présidente du Conseil Régional de Poitou-Charentes Vice présidente de l’Internationale Socialiste.

Bonjour Madame,

Je vous écris cette lettre ouverte dans la perspective prochaine de votre nomination à la présidence du Conseil Économique, Social, et Environnemental.

Je vous écris aussi en tant que femme qui s’estime bernée par un système politique essentiellement machiste, où la femme est trop souvent encore considérée comme une variable d’ajustement médiatique, tolérable uniquement en cas d’acquiescement des mesures mises en œuvre et qui doit se taire dans tous les autres cas.

Heureusement, comme vous, je ne me résigne jamais !

C’est donc tout naturellement que je vous exprime ma surprise quant à l’absence totale de réponse à ma lettre ouverte que j’ai adressé le 18 mai 2012 à votre ex-compagnon et actuel Président de la République Française Monsieur François Hollande, afin de lui exposer les préjudices sanitaires et sociaux qui sont les miens et qui résultent des activités industrielles du groupe AREVA.

Est-ce dans ses habitudes de faire la sourde oreille ?

Madame Anne Lauvergeon, a perçu un « parachute doré » de 1500000 € dont 500000 € pour clause de confidentialité, alors que quatre citoyens français sont encore otages depuis plus de deux années au Niger à cause de la négligence du groupe qu’elle dirigeait à l’époque de leurs enlèvements !

Je me bats avec le Réseau Zéro Nucléaire pour que cette scandaleuse « indemnité », payée en majeure partie par l’État français, donc par l’ensemble des citoyens, soit intégralement reversée aux personnes victimes des conséquences sanitaires et sociales du nucléaire.

Cette lettre ouverte est ma réponse au long silence de Monsieur François Hollande. Il devra comprendre que ce que femme veut, à bon droit, elle l’obtient toujours !

Si, pour vous, l’avenir de chaque responsable politique est l’avenir du pays, vous comprendrez aisément ma légitime inquiétude face à ce qui ressemble de la part de Monsieur François Hollande à un total manque d’empathie et à une indécision chronique.

Je suis aussi victime du Président du Conseil Général de la Drôme, Monsieur Didier Guillaume, un socialiste qui se dit ami proche de Monsieur François Hollande et qui semble attendre un poste ministériel.

Cette personne s’est accaparé l’établissement pour handicapés, dont je suis la fondatrice, en utilisant son influence et en abusant de ses pouvoirs républicains d’élu pour m’évincer.

J’ai dénoncé cela par lettre recommandée en 2011 adressée à Monsieur Jean-Marc Ayrault, notre actuel Premier Ministre, et à Monsieur Jean-Pierre Bel, actuel Président du Sénat.

Monsieur Didier Guillaume est non seulement Président du Conseil Général de la Drôme mais aussi sénateur, et depuis peu Vice Président du Sénat.

Il est étrange que ce genre d’individu bénéficie du droit de cumuler les mandats électoraux, mais aussi de bénéficier d’une promotion républicaine alors que je dénonce ses méthodes immorales et machistes.

je vous écris dans l’espoir d’un changement immédiat, c’est à dire pour le respect de la promesse que vous semblez encore partager avec votre ex-compagnon et toujours camarade socialiste.

Je rédige actuellement un livre : « Nucléaire et santé les deux mamelles de l’oligarchie française » ou je détaillerai à travers mes expériences personnelles les mécanismes de drainage de l’argent public vers ceux qui ont perdu le sens du bien commun au détriment de tous les services publics.

Je vous le dédicacerai à l’occasion de sa sortie.

Madame, j’ai hâte de lire votre réponse et les conseils que vous pourrez utilement m’apporter pour que j’obtienne enfin le changement auquel j’aspire.

Veuillez agréer, Madame, l’expression de mes sentiments les meilleurs.

Aline Pauchard



Aline Pauchard me le répète souvent : « Je ne baisserai pas les bras. Il n’est pas question que je paie les conséquences des activités criminelles du groupe AREVA ! »

La peur va t' elle changer de camp ?


Vendredi 21 septembre

Aline Pauchard m’envoie la copie de l’accusé de réception daté du 17 septembre dernier.

Elle me confie au téléphone :

Madame Ségolène Royal fait part aujourd’hui à la presse de sa déception de ne pas encore avoir obtenu de poste de la part de l’actuel gouvernement de la France.

Voilà malheureusement quelle est sa véritable préoccupation ! Contrairement à l’impression qu’elle veut donner, elle l’éloigne chaque jour toujours plus de la réalité de ce que vivent les françaises et les français au quotidien.

Et bien sûr, comme tous les oligarques elle respecte à la lettre l’omerta sur les conséquences sanitaires et sociales du nucléaire.

Vendredi 28 septembre prochain la famille, les proches, les collègues et toutes les personnes solidaires rendront un dernier hommage à Christian Verronneau travailleur du nucléaire décédé des suites d’un cancer radio-induit.

Ci-joint le communiqué de presse du 15 septembre dernier des associations Santé/Sous-traitance et Henri Pézerat.


Samedi 22 septembre 2012, communiqué du Réseau Zéro Nucléaire (RZN).

Bonjour à tous,

Nous voudrions présenter nos condoléance les plus sincères à la famille de Marcel Jetté, travailleur irradié et non reconnue de Gentilly 2 qui est mort des suites d’un cancer le 17 septembre 2012.

Allez lire en ces mots ce qui aura été son dernier désir à la fin de sa vie : « Mon souhait le plus cher, avant de mourir, c’est d’assister au déclassement de Gentilly-2. Par la présente, j’invite de tout cœur les travailleurs du nucléaire, mes confrères et mes consœurs, les sous-contractants et les différents syndicats à s’informer et à questionner ouvertement leurs employeurs sur les risques liés aux radiations. Il faut briser le bâillon imposé par Hydro-Québec. Au mieux, joignez-vous à la population qui, malgré le brouillard démocratique, marche inévitablement vers la sortie du nucléaire ».

Il a eu le bonheur de voir l’élection d’un gouvernement qui a réalisé son dernier souhait quelque jours avant de rendre son dernier souffle.

Un salut solidaire et antinucléaire à toi Marcel qui a fait tant pour la cause et la reconnaissance des maladies professionnelles chez les travailleurs du nucléaire au Québec.

Amitiés Solidaires & AntiNUcléaires.

Le C.A. du Réseau Zéro Nucléaire.


Mercredi 17 octobre 2012 à 13h30

Madame Aline Pauchard a reçu une réponse à sa lettre ouverte du 14 septembre dernier :

JPEG - 235.7 ko
Cliquez sur l’image pour accéder au document PDF

Voici ce qu’elle m’a dit téléphoniquement au sujet de cette réponse :

On peut parler pour ne rien dire mais visiblement on peut aussi écrire avec le même résultat.

Cette réponse offre le seul avantage de la reconnaissance, ce que l’actuel gouvernement réserve actuellement prioritairement à Madame Anne Lauvergeon, en envisageant en récompense de son pouvoir de nuisance et en supplément de sa scandaleuse prime de départ de 1.500.000 € de la direction du groupe AREVA, de la nommer parmi les futurs dirigeants de la direction de la future Banque Publique d’Investissement (B.P.I.).

Il est vrai que faire partie du comité de surveillance du journal « Libération », appartenant lui même au groupe Rothschild, ne doit pas constituer un handicap dans une République décomplexée et dorénavant ouvertement aux mains des ploutocrates.

Madame Ségolène Royal n’est qu’une élue de la République multirécidiviste ! Elle devra donc comme tous les français se contenter des miettes ?

1 Message

Répondre à cet article