Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Vigilance citoyenne > Kermesse versus Révolution

Kermesse versus Révolution

Mission 2019 : Appât rance électoral de l’union européenne

lundi 7 mai 2018, par Roger NYMO

« Quand la mort est venue chercher les malades de l’amiante, je n’ai rien dit, je n’étais pas malade.

Quand ils ont changé la formule du Levothyrox, je n’ai rien dit, je ne connaissais même pas ce médicament.

Quand ils ont emporté en garde-à-vue des innocents, je n’ai rien dit, je ne participe jamais aux manifestations.

Quand ils sont venus me chercher, il ne restait plus personne pour protester. »

R.N. (1960–2XXX)


JPEG - 450.1 ko
Cliquez sur l’image ci-dessus pour plus d’infos.

Je n’ai pas voulu apporter ma caution à la nuisible kermesse insoumise des bouffons collabos de l’inique cinquième République en marche.

Par respect pour les familles de Rémi et d’Adama, je boycotte totalement cette kermesse des bourgeois de la vraie gauche nationale, ces casseurs de la réelle solidarité populaire et de l’insubordination non violente active, ces pseudos antinucléaires pour la nouvelle sortie incantatoire en vingt cinq ans, ces écologistes qui font la promotion de l’éolien industriel, ces pacifistes fiers d’un prix décerné par une fondation créée par un industriel de la mort, ces amateurs de leaders.

Les violents parasites de la cinquième République française et leurs nervis politiques et syndicaux avaient prémédité cette « kermesse soupape » du 5 mai 2018, il voulaient nous faire croire que la lanterne des déchéances pestilentielles 2017 pourrait occulter la vessie putschiste du 13 mai 1958.

Quid du soixantième anniversaire de la dictature constitutionnelle, militaire, nucléaire et industrielle, qu’est la cinquième République française ?

Quid de Jacques et Maurice les violents thuriféraires du grand Charles, promoteurs politiques du chantage militaire de 1958 intitulé « Opération résurrection » ?

Quid de l’immonde et criminelle petite crapule qui vend la France par lots à ses amis du grand capital ?


JPEG - 478.1 ko
Aucune célébration de mai 1958, étonnant non ?

Cette kermesse du 5 mai 2018 a la même fonction que l’actuelle exposition « mai 68 » à la préfecture de police de Paris, ce sont des promesses de savonnettes avant la douche électorale obligatoire de l’union européenne, en 2019, pour sauver les services publics, en faisant la promotion électoraliste de la gouvernance antidémocratique qui les a constitutionnellement tué, par application stricte de l’inique traité de Lisbonne.


JPEG - 488.8 ko
Qui sont les vrais et dangereux casseurs-tueurs ?

Pourquoi s’étonner de retrouver le fils d’un proche de l’actuel ministre de l’intérieur comme porte parole des milices fascistes (identitaires) qui patrouillent illégalement aux frontières des territoires auxquels nous appartenons ?


JPEG - 225.7 ko
Quatre raisons de plus pour boycotter la kermesse insoumise.

J’ai participé au défilé traditionnel du premier mai, aux côtés de toutes les victimes soumises à la subordination salariale durcie par l’inique syndicat des entreprises terroristes sociales, cotées au CAC40.

Notre défilé non violent a été stoppé, puis arrosé par des tirs nourris de grenades lacrymogènes, j’ai marché au milieu de cette pluie, qui ne sentait pas le muguet, en enjoignant aux personnes que je croisais de ne pas céder à la panique et de ne surtout pas courir.

On se serait cru à NDDL moins d’un mois plus tôt, lorsque les militaires casseurs de la base de Satory détruisaient illégalement la ZAD de Notre-Dame-des-Landes :

...Je suis solidaire avec tous les zadistes, car ils consacrent leur présent à notre avenir commun en défendant l’intérêt général et en appelant au respect de nos biens communs...

(Source : http://sanurezo.org/spip.php?article300)


JPEG - 410.3 ko
Des menaces de mort contre les palmipèdes !

Les médias prépositionnés se sont ensuite focalisés sur des dégâts matériels minimes, couverts par les assureurs, nous présentant les victimes de dégradations comme des entreprises citoyennes exemplaires confrontées au fascisme cosmopolite d’une ultra-gauche fantasmée.

Qui défiscalisent à tour de bras et financent illégalement un candidat « miracle » lors des dernières déchéances pestilentielles, cela en toute impunité ?


JPEG - 199.1 ko
Le pion du capital va nous redresser !

Rien d’étonnant à ce que le leader médiatique autoproclamé de la gauche nationale se considère comme un premier ministre insoumis et putatif sur mesure, pour constituer un futur gouvernement d’union nationale militaro-industrielle en marche, alliant le monde de la finance libérée et le monde du travail obligatoire.

Ce premier mai 2018, nous sommes restés jusqu’à plus de 22 heures, près du jardin des plantes où étaient retenus par la police des manifestant-e-s attendant d’être conduit-e-s en garde-à-vue :


JPEG - 335.1 ko
Cliquez sur le bus pour avoir un autre son de cloche que celui univoque des médias de masse appartenant aux marchands de mort.

Nous n’avons pas croisé de fils à papa, ni avant notre gazage, ni après, le départ de l’autobus de la police vers une destination inconnue.


JPEG - 280.9 ko
La programmation des regressions sanitaires et sociales est un crime prémédité.

Dès 1938, le Comptoir des Minéraux et des Matières Premières (CMMP) a rejeté de mortifères poussières d’amiante au sein de la commune d’Aulnay-sous-Bois, sans que la population soit informée des risques sanitaires létaux qu’elle courait.

Ces activités industrielles criminelles se sont poursuivies jusqu’en 1975, laissant sur place une telle quantité de « farine d’amiante » que les contaminations se sont poursuivies jusqu’à la dépollution-destruction, sous confinement, du site en 2009.

Malheureusement, par manque de moyens matériels, il reste sous la dalle de l’ancienne usine une grande quantité de mortelles poussières d’amiante.

Pourquoi un tel mépris de la vie des travailleurs et des riverains, de la part des propriétaires et des promoteurs de ce site industriel, dont la dangerosité était connue dès avant son ouverture, comme le confirment des documents préfectoraux de l’époque ?

L’armée française et notamment sa marine étaient les principaux clients du CMMP, l’État-nation français peut donc être considéré comme le complice passif de ses assassinats différés, pour le moment plus de 230 morts recensés.

Le 5 mai 2018, j’étais plongé dans la lecture du livre de Virginie et Paul Dupeyroux :

AMIANTE ET MENSONGE : notre perpétuité.


JPEG - 37.8 ko
Cliquez sur l’image ci-dessus pour accéder au livre AMIANTE ET MENSONGE : notre perpétuité.

La veille, je m’étais rendu avec mon ami Mark à la réunion publique du vendredi 4 mai 2018, à Aulnay-sous-Bois, une réunion édifiante et pleine d’émotions.

Cette femme, à quelques chaises de moi, qui comprenait enfin l’origine du calvaire mortel de son conjoint décédé, Virginie quitte la table des intervenants, elle vient, sans un mot, prendre dans les siennes les mains de cette femme en pleure.

Ce camionneur retraité, qui se rendait à Rennes régulièrement, avec son camion débâché rempli de sacs de jute pleins de fibres d’amiante broyées, qu’il voyait, dans son rétroviseur, lâcher de petits nuages de farine d’amiante en cours de route.

Cette future stèle à la mémoire des victimes que les représentants locaux de l’État souhaiteraient installer discrètement au cimetière, comme si le criminel problème posé n’était pas celui des conséquences sanitaires et sociales de la criminelle omerta institutionnelle et privée.

Cette dictature constitutionnelle, nucléaire, militaire, industrielle, qui intrinsèquement a des intérêts antinomiques avec l’intérêt général des populations qui appartiennent aux territoires qu’elle prétend gérer, cette inique cinquième République française, qui est, au mieux, aux abonnés absents lorsqu’il s’agit de prévention sanitaire et sociale, au pire, qui collabore avec le MEDEF pour transformer nos santés et nos retraites en points de dividendes supplémentaires pour des oligarchies sans âme :



Pour vous inscrire aux États Généraux de la santé des travailleuses et travailleurs qui auront lieu les 24 et 25 mai 2018 à Paris à la Bourse du travail, inscrivez-vous via notre formulaire :

Lien vers le PDF du programme des États Généraux 2018.

Lien vers les inscriptions aux États Généraux 2018.

(Source : http://neplusperdresaviealagagner.o...)

La lecture du journal de Paul et Virginie m’a transporté aux chevets de ma jeune sœur Catherine, en 2007, et de mon père Michel, en 2010, j’ai aussi rétrospectivement revécu ce cruel été 2014.

Je pense, avec beaucoup de compassion, à toutes les familles brisées, aux paysages détruits, à toutes les terres et les océans pollués, par l’obsession pathologique du prix de revient le plus bas, par le nuisible esprit de compétition et la mortelle mise en concurrence inter-individuelle, inter-nationale et inter-spéciste mondialisée.


JPEG - 267.1 ko
Merci Virginie, Sébastien et Vérone...

Nous espérons, avec Mark, pouvoir réaliser en direct, de 20h30 à 21h30, le jeudi 24 mai prochain, une émission RADAR n° 51 entièrement consacrée à ce vital thème, nous ignorons, au moment où je rédige cet article, si Madame Annie Thébaud-Mony pourra nous rejoindre ce soir là :


JPEG - 405.9 ko
Cliquez sur l’affiche ci-dessus pour accéder à notre page RADAR.

N’oublions pas non plus la marche parisienne dans le cadre de la journée mondiale contre Monsanto, Bayer, Syngenta et tous les empoisonneurs publics et privés :


JPEG - 49.3 ko
L’agro-alimentaire et l’agro-chimie nous tuent !

Sans leurs nervis militaires, politiques et syndicaux et leurs collaborateurs de tous poils, les 1% ne pourraient pas détruire la biosphère terrestre avec autant d’efficacité. Chaque liberté passe par un renoncement consumériste !


JPEG - 144.9 ko
Free Pétof

Notre ami Eric Petetin, alias Pétof, alias l’Indien, qui est interné depuis le 9 avril 2018, poursuit son internement en psychiatrie à Cadillac, par décision de justice de la cour d’appel de Bordeaux, qui a rendu son délibéré dans l’après midi du vendredi 4 mai 2018.

Grâce à Josiane, Eric a obtenu sa première permission de sortie le week-end dernier :


JPEG - 454.8 ko
Eric buvant un café le 5 mai 2018, photographie Josiane Benquet Bétinsky

Nous allons nous mobiliser pour qu’il retrouve rapidement sa liberté et qu’il trouve un lieu propice à son indispensable convalescence.

Amitiés fraternelles, Solidaires & AntiNUcléaires.

Pierre Roullier, alias Roger Nymo

Répondre à cet article