Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Vigilance citoyenne > NO PHOTO

NO PHOTO

Des policiers sans brassard BENALLA ?

lundi 14 janvier 2019, par Roger NYMO

« La justice humaine est pour moi ce qu’il y a de plus bouffon au monde ; un homme en jugeant un autre est un spectacle qui me ferait crever de rire s’il ne me faisait pitié, et si je n’étais forcé d’étudier maintenant la série d’absurdités en vertu de quoi il le juge. »

Gustave Flaubert, romancier (1821 - 1880) - Lettres inédites à Georges Charpentier, 1911

« La dénonciation, effectuée par tout moyen et dirigée contre une personne déterminée, d’un fait qui est de nature à entraîner des sanctions judiciaires, administratives ou disciplinaires et que l’on sait totalement ou partiellement inexact, lorsqu’elle est adressée soit à un officier de justice ou de police administrative ou judiciaire, soit à une autorité ayant le pouvoir d’y donner suite ou de saisir l’autorité compétente, soit aux supérieurs hiérarchiques ou à l’employeur de la personne dénoncée, est punie de cinq ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende. »

Article 226-10 du Code Pénal - Source : https://www.police-nationale.interi...

Qu’ils soient juges ou journalistes, ils revendiquent tous leur liberté et leur indépendance, cette affirmation péremptoire est emblématique du respect républicain pour le monde du travail, pour le travail qui rend libre, grâce à l’indépendance énergétique électronucléaire.

Tout va donc pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles, à condition de ne pas avoir le mauvais goût de vivre, là où la démocratie n’a pas les conditions militaro-industrielles de son épanouissement, dans des pays que l’actuel président des États-Unis d’Amérique qualifie de pays de merde.

…Le procureur l’a accusé d’avoir voulu « bouffer du flic », le tribunal l’a condamné à 18 mois de prison dont six avec sursis. Stéphane Trouille, vidéaste militant, va faire appel de cette condamnation qu’il juge injuste et « démesurée ». Il donne ici sa version des faits (…) vers 13h15, je suis confronté à une scène d’agression dont sont victimes des Gilets jaunes. Je décide, comme d’autres, d’intervenir pour leur porter assistance, les protéger et porte trois coups de pied à un des agresseurs pour le repousser. Après ces trois coups, je me rends compte, à la vue d’un pistolet qu’un autre homme sort, qu’il s’agit de policiers en civil…

(Source : http://cqfd-journal.org/Communique-...)

Comme le faisait remarquer le grand philosophe Pierre Desproges :

L’ennemi est sot : il croit que c’est nous l’ennemi alors que c’est lui !

Mais comment reconnaître l’ennemi du front social ?

A son uniforme !

Les troupes « bonnets rouges » à l’assaut des portiques écotaxe, les régiments « gilets jaunes » pour des transporteurs routiers européens fraternellement libres de toute vignette poids lourds.

Peut-on envisager une grève générale interprofessionnelle reconductible, tous les samedis et toutes les nuits, sans dénigrer systématiquement de vastes mouvements sociaux ?

Les violences ne sont-elles pas intrinsèquement constitutionnelles ?

Souvenons-nous des applaudissements de la représentation nationale, en soutien à la violence légitime de l’État-nation français, suite à l’abominable assassinat du militant écologiste non violent Rémi Fraisse.

Séquence émotions légitimes des aristocrates républicains en marche :



On peut apercevoir, lors de cette intervention historique du Premier Ministre Monsieur Manuel Valls, l’inquiétude dans les regards du Ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique, Monsieur Emmanuel Macron et de la Ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, chargée des Relations internationales sur le climat, Madame Ségolène Royal. Les députés Bruno Leroux et Jean-Marc Ayrault approuvent l’usage de la force par la police et l’armée, ils jugent ses violences légitimes, voire indispensables.

…Il n’y a pas de place dans NOTRE République et dans LA démocratie pour les casseurs et là aussi la justice doit passer…

Manuel Valls, Premier Ministre du gouvernement de François Hollande, le 28 octobre 2014, devant l’Assemblée Nazionale.

La grenade explose, la matraque frappe, la balle tue, le citoyen trépasse, et la justice de la cinquième République française passe :

… Le jeune militant de 21 ans, passionné de botanique, a été tué par une grenade offensive. « L’ordonnance de non-lieu était inévitable car personne n’avait été mis en examen (dans cette affaire), donc ce n’est pas réellement une surprise », a indiqué l’avocat du gendarme, Me Jean Tamalet. Le maréchal des logis J., qui avait tiré la grenade présumée mortelle, avait été entendu en tant que témoin assisté le 18 mars 2016 et n’avait pas été poursuivi…

(Source : http://www.leparisien.fr/faits-dive...)

J’espère ne jamais avoir la prétention d’être un journaliste libre, voire indépendant, ce que je souhaite, c’est de toujours rester un anarchiste, antimilitariste, insubordonné, non violent, et actif.



Le militant Stéphane Trouille est une victime d’un système militaro-industriel constitutionnel, il a donc mon soutien inconditionnel, non pas pour les trois coups de pieds qu’il a donné, mais pour le courage qu’il a eu de porter assistance à des personnes violemment agressées, par des personnes non clairement identifiables comme faisant partie de celles censées protéger notre droit citoyen à manifester.

Il faut enregistrer et diffuser le réel, le souffle de la vérité captée est toujours plus puissants que tous les ouragans médiatiques post-produits.

Merci Monsieur Jacques Gaillot pour le soutien fraternel et sans faille que vous avez toujours apporté à notre ami commun, Monsieur Eric Petetin, qui est de nouveau libre, depuis le vendredi 11 janvier 2019 à 15h00.

Amitiés fraternelles, Solidaires & AntiNUcléaires.

Pierre Roullier, alias Roger Nymo

Voir en ligne : RADAR - Radio Anarchiste Directe A République

Répondre à cet article